Chers lecteurs, accrochez vos ceintures pour la deuxième partie des prédictions solaires 2017 de toute l’équipe d’In Sun We Trust ! 2016 a été l’année de tous les records : le photovoltaïque est devenu moins cher que le pétrole ou le charbon dans plus de 30 pays, Elon Musk a dévoilé ses nouvelles tuiles solaires et l’avion solaire Solar Impulse 2 a bouclé le premier tour du monde aérien. Mais vous allez voir que l’énergie solaire n’a pas fini de nous surprendre…

Hep ! Pour ceux qui ont manqué la Partie I de nos prédictions, c’est par ici.

Et voilà la Partie II de ce qui vous attend en 2017  :

6. L’arrivée de batteries domestiques ouvrira véritablement la porte de l’autoconsommation

Si les batteries solaires n’en sont qu’à leur tout début, l’arrivé de la PowerWall II de Tesla et de la Chem de LG devrait marquer l’an 1 du stockage domestique d’énergie solaire. Cela ne devrait toutefois concerner que quelques « pionniers », car de tels systèmes restent encore très coûteux et peu viables économiquement pour les ménages rattachés au réseau d’électricité. Ce n’est qu’une fois que les prix de production auront chuté que les batteries solaires pourront réellement se démocratiser en France.

Et si Tesla vient d’ouvrir sa Gigafactory de batteries lithium-ion il y a quelques semaines, on parlera aussi en 2017 de bromure d’hydrogène, de batteries zinc-air et de stockage dans du verre fondu. De nombreux scientifiques ont dans le viseur des améliorations drastiques, qui réduiraient le coût de stockage et le prix de fabrication – mais aussi, espérons-le, l’impact environnemental.

7. Le solaire pourrait s’inviter dans la lutte contre les pics de pollution 

Même si la qualité de l’air s’est relativement améliorée ces quinze dernières années, il est facile d’envisager que de nouveaux pics de pollution sévissent à travers toute la France en 2017. On connaît toutes les mesures prises pour limiter la pollution des véhicules : systèmes d’éco-pastilles à Paris et Grenoble, aides financières aux ménages souhaitant abandonner leur véhicule diesel pour un véhicule électrique, quota de 50% de véhicules propres pour l’Etat et les entreprises nationales, etc.  

Or le secteur résidentiel est, lui aussi, responsable d’un partie non-négligeable des émissions de particules fines. 600 000 ménages se chauffent ainsi au bois – occasionnellement ou régulièrement – en Île-de-France. Il y a de bonnes chances pour que le débat entre « pro » et « anti » cheminées soit ravivé en 2017. De quoi souligner, peut-être, le rôle que peut jouer l’énergie solaire dans cette équation : le photovoltaïque pour alimenter un chauffage électrique, ou les systèmes solaires combinés pour produire directement de la chaleur.

8. Les géants de la Silicon Valley adopteront l’énergie verte

Pour que le solaire face réellement sa révolution, il faudra que les plus gros consommateurs d’énergie s’y mettent – par exemple dans le digital. Google a accéléré le processus en annonçant que 100% de ses centres de données seront alimentés par des énergies renouvelables d’ici la fin de l’année. Même affirmation de la part de Facebook pour son nouvel emplacement au Nouveau-Mexique.

Dans le même temps, l’aviation préparera sa propre révolution avec l’apparition de nouveaux carburants renouvelables. JetBlue est pour l’instant le plus avancé en la matière, avec un contrat colossal d’achat de carburant renouvelable pour 2017. Rappelons toutefois que les biocarburants sont extrêmement gourmands en pesticides et en énergie, ce qui en limite considérablement les bienfaits écologiques. Les biocarburants de 2ème et surtout 3ème génération (notamment a base d’algue) sont porteurs d’espoir… même si à In Sun We Trust on mise plus sur les avions solaires ;).

9. De nouvelles innovations solaires fascineront le monde

De nouvelles technologies, de plus en plus propres et efficaces, verront le jour grâce aux investissements massifs dans la recherche et le développement. L’année 2017 sera l’année des smart-grids et autre systèmes intelligents de gestion d’énergie. Le Solar Stratos, « l’autre » avion solaire, a pour mission en 2017 de devenir le premier avion solaire habité à pénétrer la stratosphère. La suite ? Emmener des passagers.

En terme de gadget, une jeune start-up française a mis au point des panneaux photovoltaïques miniatures et transparents, qui peuvent s’intégrer à de très nombreux objets du quotidien. Un premier pas vers les téléphones solaires ? Pour rester à jour sur ces nouvelles innovations, rendez-vous sur notre page Facebook ou nous sélectionnons pour vous les meilleurs gadgets solaires de demain (#SolarEverywhere).

10. Des milliers d’emplois « verts » en ligne de mire

Grâce notamment aux objectifs ambitieux de la loi de transition énergétique, la France pourrait commencer en 2017 à rattraper son retard par rapport aux leaders mondiaux – notamment l’Allemagne, qui emploie deux fois plus de personnes dans le secteur du renouvelable.

Selon l’ADEME, une France « 100 % renouvelable » serait tout à fait envisageable et viable économiquement, avec plus d’un million d’emplois à la clé. Le solaire photovoltaïque en France est donc une filière pleine d’avenir, à condition que les pouvoirs publics lui offre un cadre législatif stable, propice à son développement. Une chose est sûre : rien ne sera possible sans une forte volonté politique. Et si les candidats à la présidentielle s’emparaient du sujet… pour une fois ?   🙂

Et pour finir… de nouveaux conflits environnementaux ?

Ces prédictions 2017 sont aussi l’occasion de rappeler que l’avenir n’est pas tout rose, et que les innovations dont nous parlons relèvent plus d’une nécessité vitale que de sympathiques gadgets. Les conflits pour les ressources sont monnaie courante et le rôle du climat dans les migrations actuelles, bien qu’impossible à chiffrer, est déjà plus que probable. Selon l’Internal Displacement Monitoring Center, une moyenne annuelle d’environ 25 millions de personnes sont déplacées chaque année pour cause de catastrophes naturelles (tempêtes, inondations, érosion des côtes, etc.). Les pays les plus pauvres seront les premiers touchés par les migrations climatiques, et le ⅕ de la population mondiale qui vit sur des zones côtières sera directement menacé par la montée du niveau de l’eau.

A l’avenir, les changements climatiques risquent d’avoir des incidences sur la stabilité sociale et politique dans certaines régions du monde. Selon certains experts, une partie de la crise syrienne trouverait son origine dans une série de sécheresses ayant frappé le pays juste avant la guerre civile. Le changement climatique conduira aussi, à terme, à une dégradation des terres et à une raréfaction des ressources en eau. Bref, pour le bien de la planète et celui de l’humanité, souhaitons que cette nouvelle année amorce un changement radical de nos systèmes énergétiques !

Pour relire la première partie de nos prédictions 2017, cliquez ici.

Facebook Comments