380 000 fondations, 2 millions et demi de panneaux solaires, 576 onduleurs, 154 transformateurs, 6 000 kilomètres de câbles et pas moins de 679 millions de dollars d’investissement. C’est ce qu’il a fallu, nous raconte le Deccan Chronicle, pour mettre en place le plus grand parc solaire au monde ! 

L’idée incroyable d’un tel projet fut initié par le producteur d’électricité Adani Group. Son but : intégrer une centrale solaire de 648 mégawatts (MW) – située à Kamuthi, dans l’état indien du Tamil Nadu – au réseau de distribution national. Une capacité installée qui en fera le plus grand parc solaire au monde, et nécessite la mise en service progressive de cinq postes électriques haute tension.

A plein régime, celui-ci représentera environ 10% de la capacité solaire actuellement installée du pays, qui avoisine aujourd’hui les 7 GW. Le parc s’étale sur 10 km² dans le village de Kamuthi, et permettra de fournir assez d’énergie verte pour plus de 300 000 foyers. Il fonctionne actuellement à mi-capacité, puisque « seulement » 360 MW ont été reliés au réseau à ce jour.

2016-09-23_153016
Le National Geographic a réalisé un documentaire sur le chantier (voir ici

Ces chiffres ont déjà de quoi donner le tournis, mais ils sont d’autant plus incroyables quand on sait que ce chantier pharaonique a été bouclé en seulement 8 mois. Soit 11 MW installés quotidiennement en moyenne, par une véritable « armée »  de 8 500 ouvriers surmotivés. A titre de comparaison, sur une installation « classique », il faut compter environ une semaine pour mettre en place 1 MW de panneaux solaires. Et là, on se dit que le Guinness Book a peut-être oublié d’homologuer un record !

Un méga-projet emblématique des ambitions solaires de l’Inde

Gautam Adani, président du groupe Adani a tenu à « dédier ce parc à [son]pays« , et a déclaré : « un projet de cet ampleur confirme les ambitions de l’Inde à devenir l’un des principaux producteurs d’énergie verte dans le monde. » Des ambitions nées en 2014, lorsque le Premier ministre indien Narendra Modi a annoncé des plans pour accroître la capacité solaire du pays à 100 gigawatts d’ici 2022. Un objectif cinq fois plus ambitieux que le précèdent.

L’enjeu est de diversifier le mix énergétique indien, afin de répondre à une demande croissante tout en limitant son impact sur l’environnement. En construisant le  plus grand parc solaire au monde, l’Inde confirme son appétit pour l’énergie photovoltaïque. Mais ce n’est qu’un début :  sur les 5 années à venir, le gouvernement indien vise à mettre en place 25 grandes centrales solaires avec des capacités comprises entre 500 et 1000 MW. D’ici peu, les méga-centrales comme celle de Kamuthi seront la règle plutôt que l’exception.

Le solaire pas prêt de détrôner le charbon en Inde

Avec l’avènement des énergies renouvelables, la demande en charbon chute en Chine, aux États-Unis, au Japon et partout ailleurs. Pas en Inde.

Même si le pays fait tout pour encourager les renouvelables, le charbon reste une donnée indispensable de son équation énergétique : plus d’un tiers de la population (environ 300 millions d’Indiens) n’a toujours pas accès à l’électricité, et la démographie du pays continue d’exploser.

1582955_3_7ca5_les-subventions-accordees-aux-energies_ef0db143c870ad54e4802501c69f0ced
L’Inde dispose des cinquièmes plus grandes réserves au monde (300 milliards de tonnes) de charbon

Pour son électricité, l’Inde devra encore se reposer sur les importations de charbon thermique d’Australie et d’Indonésie. Elle va également chercher à puiser dans ses réserves nationales, et utiliser beaucoup de charbon métallurgique afin de fabriquer tout l’acier nécessaire au rattrapage de ses infrastructures.

Bref, même si l’Inde se lance à toute vitesse dans les énergies renouvelables, elle part de très loin. Le charbon a encore, semble-t-il, encore quelques décennies devant lui. A moins que des progrès spectaculaires dans le stockage de l’électricité, ou bien les problèmes catastrophiques de pollution atmosphérique, ne finissent par convaincre le gouvernement d’accélérer encore davantage la révolution solaire indienne.