Rénovation énergétique en 2017 : avez-vous pensé à l’énergie solaire ?

 

C’est le retour de l’hiver.

Les jours raccourcissent et se refroidissent.

Fini les doux réveils sous les rayons du soleil et les pieds hors de la couverture.

Vous devez maintenant allumer la lumière dès le matin, ressortir les couettes et rallumer les chauffages.

Vous allez également bientôt accrocher les guirlandes et pour les plus chanceux, ou les plus motivé(e), décorer votre jardin.

Alors pour envisager la fin d’année sereinement, on vous propose de réfléchir tranquillement à comment vous pourriez économiser sur vos dépenses énergétiques tout en gagnant en confort cet hiver.

Enroulez-vous donc dans un gros plaide.

Munissez-vous d’un bon chocolat.

Et savourez ce nouveau guide sur la rénovation énergétique !

Comment chauffer facilement votre maison ?

Comment faire des économies sur vos factures d’électricité grâce aux panneaux solaires ?

Quelles sont les aides, primes et crédits d’impôt prévus pour la rénovation énergétique ?

On vous dit tout !

 

Partie 1 :
Qu’est-ce que la rénovation énergétique ?

 

Commençons par poser les bases de notre réflexion et donnons en une définition simple.

La rénovation énergétique rassemble l’ensemble des travaux effectués sur un bâtiment visant à diminuer la consommation énergétique de ce dernier ainsi que celle de ses occupants (particuliers ou professionnels).

La rénovation énergétique est une composante particulièrement importante de la transition énergétique.

Pourquoi ?

Parce que le Bâtiment fait tout simplement partie des secteurs économiques les plus polluants et les plus énergivores en France.

Il représente près de 25% des émissions de gaz à effet de serre (CO2) et 40% des consommations énergétiques nationales.

La rénovation des bâtiments est donc un excellent levier afin d’atteindre les objectifs écologiques que le pays s’est fixé lors du Grenelle de l’Environnement.

 

Quels sont les objectifs du gouvernement sur la rénovation énergétique de l’Habitat ?

Le plan d’investissement pour le logement, lancé en mars 2013 par le Président de la République, présente les mesures du plan de rénovation énergétique de l’habitat (communément appelé PREH).

 

L’objectif ?

« Rénover 500 000 logements par an à l’horizon 2017, dont 120 000 logements sociaux et 380 000 logements privés. »

Ces objectifs, pour le moins ambitieux, répondent à des enjeux environnementaux, économiques et sociaux :

  • Environnementaux car la rénovation énergétique de l’habitat joue un rôle majeur dans l’atteinte des objectifs de diminution de consommation d’énergie des bâtiments de 38 % et de la réduction des émissions de gaz à effet de serre ;
  • Économiques car le secteur énergétique est un moyen efficace de créer des emplois locaux, qualifié et non délocalisables ;
  • Et sociaux car la rénovation lutte contre la précarité énergétique en améliorant le pouvoir d’achat des foyers.

 

Partie 2 :
Gagner en confort et faire des économies

 

Vous hésitez encore à vous lancer ?

Voici quelques éléments qui vous permettront de vous projeter et d’alimenter ainsi votre réflexion.

Pourquoi devriez-vous rénover votre habitation ?

Gagnez rapidement en confort :

Le confort, ce n’est pas seulement ne pas mourir de froid chez soi.

C’est aussi pouvoir payer ses factures d’énergie à temps sans devoir faire des sacrifices sur d’autres choses.

Vous ne vous reconnaissez pas dans ces deux propositions ?

Alors votre logement à très certainement besoin d’être rénové.

De plus, la rénovation énergétique permet de faire un premier pas vers une certaine autonomie énergétique.

Vous pouvez par exemple chauffer votre maison grâce à une pompe à chaleur et chauffer votre eau avec une pompe à chaleur thermodynamique alimentée par des panneaux qui pourront également fournir votre logement en électricité.

 

Valorisez votre bien immobilier :

En rénovant votre logement, vous augmentez sa « valeur verte ».

Une rapide définition s’impose pour ce nouveau terme tout droit sorti d’une étude de 2015 de l’Association DINAMIC (Développement de l’information notariale et de l’analyse du marché immobilier et de la conjoncture) sur les bases notariales françaises.

Créée conjointement par le Conseil supérieur du notariat, la Chambre des notaires de Paris et la Caisse des dépôts et consignations, l’association DINAMIC a étudié l’impact de la DPE sur la valeur des logements en France.

Elle définit la « valeur verte » comme :

« La valeur verte correspond à l’augmentation de valeur engendrée par la meilleure performance énergétique et environnementale d’un bien immobilier par rapport à un autre bien immobilier toutes les autres caractéristiques étant égales par ailleurs » (source)

 

Partie 3 :
pistes de rénovation

 

La France s’est donnée pour mission de renforcer son indépendance énergétique et sa croissance verte, tout en réduisant ses émissions de gaz à effets de serre.

Pour cela, elle compte sur la mobilisation de tous ; les citoyens, les entreprises, les territoires ou encore les pouvoirs publics.

L’objectif du gouvernement est d’augmenter de 50% la capacité installée des énergies renouvelables d’ici 2030, et de parvenir à la neutralité carbone d’ici 2050.

Les travaux de rénovation permettent de diminuer la consommation énergétique des bâtiments, maisons individuelles ou copropriétés.

Engager des travaux de rénovation permet donc d’accélérer la transition énergétique, d’améliorer le confort thermique de son foyer mais aussi d’alléger ses factures.

Dans la partie suivante, nous allons vous présenter trois manières de rénover efficacement votre logement.

 

1 – Chauffer efficacement
votre logement :

 

Chauffage solaire :

Vous pouvez tout d’abord opter pour un chauffage solaire, ou Système Solaire Combiné (SSC).

Comment fonctionne un chauffage solaire ?

On pose des panneaux solaires thermiques sur votre toit.

Ces derniers vont capter l’énergie issue du rayonnement solaire et la transmettre à un fluide caloporteur sous forme de chaleur.

Ce fluide va ensuite chauffer votre ballon d’eau chaude qui va ensuite alimenter vos radiateurs et vos points d’eau.

Notez que le chauffage solaire est particulièrement intéressant dans le logement neuf car toutes les conceptions sont possibles : hydro-accumulation ou encore plancher chauffant solaire (aussi appelé plancher solaire direct).

 

Chauffe électrique alimenté par des panneaux PV :

Aujourd’hui en France, 31% des logements individuels et collectifs sont équipés de chauffages électriques.

Et ce n’est pas prêt de s’arrêter car cette solution est généralement retenue pour le neuf.

Pourquoi ?

  • Tout d’abord car le prix du kWc électrique fluctue beaucoup moins vite et de manière beaucoup moins importante que le prix des énergies fossiles. C’est d’autant plus vrai que vous pouvez maintenant, grâce à des panneaux solaires en autoconsommation, bloquer le prix de votre électricité pendant 20 ans minimum.
    Vous pouvez par exemple bénéficier d’un prix fixe du kWh d’environ 0.10€ !
  • Et parce que l’installation de ce type de chauffage est particulièrement simple.

 

Alors quelle solution de chauffage électrique choisir ?

 

Il existe de nombreux types d’émetteurs différents :

  • Les convecteurs : ils représentent plus de 90% des systèmes de chauffages électriques installés dans les maisons individuelles et les immeubles collectifs. Ils sont particulièrement intéressant économiquement à l’achat. Cela dit, leur entretien peut se révéler relativement coûteux.
  • Les planchers rayonnants : ces émetteurs fonctionnent grâce à des câbles électriques chauffants répartis sur toute la surface de votre sol.
  • Les plafonds rayonnants : ce système de chauffage fonctionne de manière similaire aux planchers rayonnants. Différentes techniques sont utilisées : un film chauffant peut être collé au plafond sur un panneau isolant thermique ou encore une série de câbles électriques ou de tuyaux dans lesquels circulent de l’eau peuvent être introduit dans un faux plafond.

Les chauffages électriques de nouvelles générations à rayonnement sont généralement plus coûteux à l’installation mais sont moins énergivores et plus économiques.

Cela dit, toutes ces modes de chauffages fonctionnent en parfaite synergie avec des panneaux solaires photovoltaïques ou thermiques.

Si vous souhaitez aller plus loin, vous pouvez envisager l’installation d’un chauffe-eau thermodynamique solaires pour fonctionner quasi-uniquement aux énergies renouvelables.

 

2 – Chauffer votre eau sanitaire

 

Le chauffe-eau thermodynamique est une véritable innovation économique et écologique pour votre eau chaude sanitaire.

Un chauffe-eau thermodynamique est composé de deux éléments : une pompe à chaleur et un ballon de stockage.

Les CET peuvent utiliser diverses sources d’énergies pour chauffer votre eau :

  • Les CET aérothermiques qui utilisent les calories contenues dans l’air de votre logement ou dans l’air extérieur ;
  • les CET géothermiques qui extraient l’énergie du sol à travers des capteurs installés dans votre jardin ;
  • les CET héliothermiques qui fonctionnent à des panneaux solaires.

 

 

3 – Produire votre électricité

 

Vous pouvez enfin produire votre propre électricité verte.

Installer des panneaux solaires chez soi, c’est agir pour la planète.

En effet, les énergies renouvelables comme l’énergie solaire ont un taux d’émission de CO2 très faible.

De plus, l’utilisation de l’eau pour cette technologie est négligeable, et évite ainsi de gaspiller notre plus précieuse ressource.

 

Vous êtes tenté(e) ? Alors trois choix s’offrent à vous :

 

L’autoconsommation avec vente du surplus :

Vous pouvez tout d’abord choisir d’autoconsommer votre production et de vendre le surplus d’électricité non consommée.
Vous économisez jusqu’à 40% sur vos factures d’électricité et bénéficier d’un complément de revenus non imposable grâce à la vente du surplus sur le réseau.
Dans ce cas, vous pouvez également bénéficier de la prime à l’investissement.

Elle est dégressive en fonction de la taille de l’installation :

  • pour une installation inférieure ou égale à 3kWc, vous recevrez 390€ par kilowatt-crête (kWc) installé. Un kWc équivaut environ à 4 panneaux solaires.
  • pour une installation d’une puissance comprise entre 3 et 9 kWc, 290 €/kWc
  • pour une installation d’une puissance comprise entre 9 et 36 kWc, 190 €/kWc
  • pour une installation d’une puissance comprise entre 36 et 100 kWc, 90€/kWc

 

L’autoconsommation totale :

Vous pouvez également décider d’autoconsommer votre production sans vendre votre surplus sur le réseau.

Quelques précisions importantes :

  • Vous ne pourrez bénéficier de la prime à l’investissement si vous optez pour ce type d’installation en autoconsommation.
  • Votre surplus sera injecté gratuitement sur le réseau électrique.
  • Enfin, vous ne pourrez pas investir dans une grosse installation.
    Pourquoi ?
    Car dans le cas de l’autoconsommation totale, votre installation n’est pas raccordée au réseau.
    Votre surplus sera injecté sur le réseau à travers le raccordement de votre maison.
    Or, ce dernier n’est pas fait pour supporter une telle charge et peut simplement sauter.

 

La vente totale de votre production d’électricité :

Ici, vous vendez l’intégralité de votre production à EDF Obligation d’Achat (EDF OA) qui a été mandaté par l’État pour vous acheter votre production à un prix fixe pendant 20 ans.

 

En produisant de l’électricité à votre domicile, de façon décentralisée, modulable et non-polluante, vous participez à la limitation des pollutions et des rejets de gaz à effet de serre.

Une installation de 25 m2 de modules photovoltaïques peut produire en un an l’équivalent de la consommation électrique (hors chauffage, cuisine et eau chaude) d’une famille de 4 personnes, soit environ 2 500 kWh.

Vous pourrez choisir d’utiliser cette électricité pour vos besoins (auto-consommation) ou de la vendre à une compagnie d’électricité.

 

Estimez gratuitement votre rentabilité

Pour vous aider à passer au solaire le plus facilement possible, nous avons mis au point une technologie de pointe basée sur des données et des algorithmes qui font référence dans les secteurs de l’énergie solaire et de l’information géographique

A savoir : les Mines ParisTech, Météo France et l’IGN.

Vous bénéficiez d’une estimation ultra-réaliste de la rentabilité, d’un calcul de votre production d’électricité photovoltaïque, d’un dimensionnement adapté à votre consommation et de vos potentielles économies !

 

Partie 3 :
quelles sont les aides pour la rénovation énergétique ?

 

le Crédit d’Impôt pour la Transition Énergétique en 2017

Lorsque que l’on réalise des dépenses de rénovation énergétique en faveur de l’environnement, il est possible de toucher un Crédit d’Impôt pour le Transition Énergétique (CITE). Cette aide est destinée aux locataires, propriétaires ou occupants à titre gratuit de leur habitation principale.

Plusieurs types de travaux et matériels sont éligibles à ce crédit d’impôt comme :

  • des chaudières à haute performance énergétique, des appareils de régulation de chauffage ;
  • de l’isolation thermique avec un plancher, des volets isolants ou du matériel de calorifugeage ;
  • des équipements de production d’énergie utilisant une source d’énergie renouvelable tels que l’énergie solaire ou hydraulique ;

Pour bénéficier de ce crédit d’impôt, il faut cependant respecter des conditions, notamment :

  • que le logement soit achevé depuis plus de 2 anset soit votre habitation principale ;
  • quel les travaux soient réalisés par une société ou un artisan Reconnu Garant de l’Environnement(RGE).

Le montant du crédit d’impôt ne pourra pas dépasser 30% des dépenses éligibles. Il est plafonné à :

  • 8 000€ pour une personne célibataire, veuve ou divorcée
  • 16 000€ pour un couple.

Pour plus d’informations sur le CITE, n’hésitez pas à vous rendre sur le site officiel du Service Public.

 

Les aides et subventions pour 2017

L’ANAH, Agence nationale de l’habitat accorde des aides financières lorsque que vous réalisez des travaux de rénovation de votre logement. L’installation d’un système à usage domestique utilisant les énergies nouvelles ou renouvelables, tel que l’énergie solaire, peut bénéficier d’une subvention. Cette aide est accordée sous certaines conditions, détaillées sur le site de l’ANAH.

Il est également possible de recevoir des aides de votre régiondépartementcommunauté de commune ou de votre ville. Ces aides sont rares, mais elles peuvent exister. N’hésitez donc pas à vous renseigner auprès des Espaces Infos Énergie (EIE) de votre région en ce qui concerne les aides et les subventions.

 

L’éco-prêt à taux zéro

L’éco-prêt permet de financer les travaux d’économie pour rendre votre logement plus performant énergétiquement, plus confortable et moins polluant.

Vous pouvez ainsi financer vos travaux d’éco-rénovation dans la limite de 30 000€.

Ce qui devrait être très largement suffisant pour atteindre vos objectifs si vous passez par des entreprises ou des artisans labellisés RGE et sérieux.

Vous avez déjà bénéficié de cet éco-prêt ?

Aucun souci !

Depuis juillet 2016, il est possible de demander un second éco-prêt pour effectuer de nouveaux travaux de rénovation dans votre logement.

Les critères techniques à respecter pour cet éco-prêt complémentaire sont les mêmes que ceux de l’éco-prêt initial.

A savoir :

  • soit mettre en œuvre un « bouquet de travaux »,
  • soit atteindre un niveau de « performance énergétique globale » minimal du logement,
  • soit réhabiliter un système d’assainissement non collectif par un dispositif ne consommant pas d’énergie,
  • soit réaliser des travaux ayant donné lieu au bénéfice aides du programme Habiter Mieux de l’Anah.

 

On espère que ce guide vous aide à mieux envisager votre rénovation énergétique.

Maintenant, c’est à vous de vous exprimer dans les commentaires.

Facebook Comments