Découvrez tout sur l’intégration au bâti pour votre installation photovoltaïque avec ce nouveau guide.

En fait, à la fin de ce guide vous connaîtrez :

  • Les étapes pour intégrer des panneaux solaires à votre toiture ;
  • Les avantages et inconvénients de ce type de pose ;
  • Les réglementations à respecter ;
  • Et bien plus.

Vous n’avez pas le temps de tout lire maintenant ?

Voici un résumé de ce guide :

Avantages de l’intégration au bâti– Esthétique et discrète ;
– Adaptée aux constructions neuves ;
– Souvent privilégiée dans les zones protégées
Inconvénients– Installation complexe ;
– Baisse de rendement ;
– Prix plus élevé que la pose en surimposition
Couvertures compatibles– Tuiles en terre cuite (romanes, toscanes et mécaniques) ;
– Tuiles en béton ondulées ;
– Tuiles en ardoise
Réglementation– Plan Local d’Urbanisme à consulter et à suivre ;
– Si zone protégée, demande à l’Architecte des Bâtiments de France ;
– Déclaration Préalable de Travaux si maison déjà construite ;
– Autorisation d’urbanisme ;
– Installation solaire incluse dans le permis de construire si nouvelle construction.
Bouton téléchargement guide installation panneaux solaires

Sommaire :

Cliquez sur un élément ci-dessous pour consulter directement ce qui vous intéresse.

CHAPITRE 1 :

Qu’est-ce que l’Intégration au Bâti ?


L’intégration au bâti, abrégée IAB, consiste à retirer une partie de votre élément de couverture (vos tuiles par exemple) et à le remplacer par des panneaux solaires.

Vos panneaux solaires se substituent donc à une partie de votre couverture et en assurent l’étanchéité.

panneau solaire autoconsommation 3 kWc maison

Jusqu’au dernier trimestre 2018, l’IAB était privilégiée pour les installations photovoltaïques en vente totale.

La raison ?

Ce type de pose permettait de bénéficier d’un tarif de rachat du kWh supérieur aux autres types de pose.

Mais c’est de l’histoire ancienne !

 Aujourd’hui, le tarif d’achat est le même, quel que soit le type de pose de vos panneaux solaires.

Voyons maintenant les étapes réalisées par votre installateur pour intégrer vos panneaux solaires à votre toiture.

CHAPITRE 2 :

Intégrer vos panneaux solaires à votre toiture en 7 étapes


① Une fois l’emplacement des panneaux défini avec précision, l’installateur retire l’élément de couverture de votre toiture en lieu et place des futurs panneaux.

② Il fixe ensuite des liteaux (de fins tasseaux de bois) à intervalle régulier sur l’espace dégagé.

③ Pour assurer une bonne isolation, l’installateur fixe par-dessus les liteaux un tissus isolant.

④ Il fixe ensuite les cadres (les élément qui vont accueillir les panneaux solaires) sur les liteaux.

⑤ L’installateur place des abergements (des plaques ondulées) sur les côtés de l’installation solaire pour assurer l’étanchéité entre les cadres et l’élément de couverture.

⑥ Une fois que c’est fait, l’installateur peut venir placer un panneau solaire par cadre.

⑦ Il ne lui reste plus qu’à raccorder votre installation solaire à votre tableau électrique.

CHAPITRE 3 :

Les Avantages de l’Intégration au Bâti 


Intégration esthétique et discrète

Les panneaux photovoltaïques intégrés au bâti sont au même niveau que votre élément de couverture.

De ce fait, votre installation solaire s’intègre parfaitement à votre toiture :

Installation solaire IAB

C’est pourquoi les architectes des bâtiments de France (plus couramment appelés ABF) exigent souvent ce type d’installation dans les zones protégées.

② Intéressante pour les constructions neuves et réfections de toiture

Vous faites construire votre maison ?

Ou vous faites refaire intégralement votre toiture ?

Dans ce cas, l’intégration au bâti peut être une solution intéressante pour votre projet.

Hé oui : en IAB, pas besoin de tuiles sous vos panneaux solaires.

Vous prévoyez donc en amont la surface de toiture qu’occuperont vos panneaux solaires.

Et vous faites des économies sur votre élément de couverture.

Par exemple, si votre toiture fait 100 m² et que vous souhaitez installer 16 m² de panneaux solaires, vous n’achetez que 84 m² de tuiles.

Vous économisez ainsi l’équivalent de 16 m² de tuiles.

Et c’est la même chose si vous souhaitez refaire intégralement votre toiture.

Voyons maintenant les inconvénients de l’intégration au bâti.

CHAPITRE 4 :

Les Inconvénients de l’Intégration au Bâti


Installation complexe à réaliser

L’intégration au bâti requiert de votre installateur qu’il possède de solides compétences en électricité ET en couverture.

Sans ça, vous pouvez avoir de sérieux problèmes d’infiltration mettant à mal votre installation solaire ainsi que l’isolation de votre habitation.

Ainsi en 2013 une étude montre que 99% des sinistres causés par une installation solaire concernent des installations en IAB. Et dans 56% des cas, c’est un problème d’étanchéité qui est en cause.

Malheureusement, il est difficile de trouver un installateur sérieux avec les compétences requises pour réaliser ce type de chantier correctement.

Baisse de rendements

L’intégration au bâti ne permet pas aux panneaux solaires d’être correctement aérés lorsqu’ils produisent de l’électricité.

Hé oui : les panneaux étant directement posés sur la charpente, il n’existe aucun espace permettant à l’air de circuler entre les panneaux et la charpente.

Conséquence : la température des panneaux augmente et provoque une baisse de rendements.

Dans certains cas, cela peut même engendrer une surchauffe des panneaux solaires ainsi que des problèmes électriques.

Installation plus chère que la surimposition

De par sa complexité, une installation photovoltaïque en intégration au bâti coûte cher.

Comptez entre 500 et 1 000 € supplémentaires par rapport à une pose en surimposition, qui consiste à poser vos panneaux solaires par-dessus votre élément de couverture.

Ce surcoût impacte donc la rentabilité de votre projet.

De plus, vous savez que l’IAB peut vous permettre de faire des économies sur votre couverture, dans le cas d’une maison neuve par exemple.

Sauf que… ce n’est pas toujours vrai.

Hé oui : pour une installation de 3 kWc, si l’économie que vous réalisez sur votre élément de couverture est inférieure à 1 000 €, une installation en surimposition sera plus intéressante.

Par exemple : vous souhaitez refaire intégralement votre toiture de 100 m² et réaliser une installation de 3 kWc (ce qui représente une superficie d’environ 16 m²).

Le prix du mètre carré de tuiles romanes est de 35 € en moyenne.

Nous pouvons donc comparer les deux options qui s’offrent à vous :

Cas 1 : Installation en IABCas 2 : Installation en surimposition
Coût de la couverture100 m² x 35 € =
3 500 €
84 m² x 35 € =
2 940 €
Prix moyen de l’installation solaire8 500 €7 500 €
Coût total couverture + installation solaire12 000 €10 440 €

Comme vous pouvez le voir, il est ici plus avantageux d’opter pour une installation en surimposition car vous économisez plus de 1 500 € !

Bref, avant d’opter pour une installation solaire en intégration au bâti, il est important de prendre en compte tous ces éléments.

Voyons maintenant si vous pouvez opter pour l’IAB sur n’importe quel type de couverture.

CHAPITRE 5 :

Sur quels types de couverture intégrer vos panneaux solaires ?

Tuiles en terre cuite


Votre toiture est recouverte de tuiles romanes, toscanes ou mécaniques ?

Parfait ! Vous pouvez très facilement faire installer des panneaux solaires en intégration au bâti.

Tuiles en béton


Deux cas de figures existent.

Si votre couverture est en tuiles béton ondulées, il est possible d’installer des panneaux photovoltaïques en IAB.

A l’inverse, si vos tuiles en béton sont plates, votre projet sera impossible à réaliser.

Pourquoi ?

Tout simplement car l’interstice entre les tuiles est trop petit pour y placer le crochet qui permettra l’installation du support des panneaux solaires.

Tuiles en ardoise


Bonne nouvelle : les tuiles en ardoise sont parfaitement compatibles avec la pose de panneaux photovoltaïques en intégration au bâti.

Maison ancienne en Bretagne avec une toiture en ardoises

Mais attention : leur fragilité nécessite que l’artisan prenne des précautions supplémentaires qui peuvent allonger la durée du chantier.

Certains installateurs peuvent donc ajouter un surcoût d’environ 500 €.

Bacs Acier


Malheureusement, les toitures en bacs acier ne permettent pas de poser des panneaux solaires en IAB.

Cela nécessiterait de découper une partie de la tôle d’acier, ce qui est malheureusement trop compliqué.

Pose sur PST (plaque sous tuile)


Si votre toiture est composée de sous tuiles en fibro-ciment, il ne sera malheureusement pas possible de poser des panneaux solaires en IAB.

CHAPITRE 6 :

Dans Quel Cas Choisir l’Intégration au Bâti ?


Dans certains cas de figure, l’IAB est le type de pose à privilégier.

En effet si vous habitez : 

  • Au sein d’une zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager ;
  • Dans le périmètre de protection et d’un bâtiment classé ou inscrit au titre des monuments historiques, avec co-visibilité ;
  • Dans un site inscrit ou classé ;
  • Au coeur d’un parc nationale délimité ;
  • Dans les périmètres délimités pour la protection du patrimoine ou des paysages ;
  • Ou encore une habitation qui est elle-même un bâtiment classé ou protégé ou est adossée à un tel bâtiment,

Il peut être compliqué d’obtenir les autorisations nécessaires pour réaliser une installation solaire sur votre toiture.

En effet, ce type de travaux peut être considéré par les ABF comme une atteinte au patrimoine historique et esthétique (oui, rien que ça…)

Mais de par son côté esthétique, l’intégration au bâti peut vous permettre d’obtenir plus facilement un avis favorable de l’ABF.

Voyons d’ailleurs quelle est la réglementation à respecter pour votre projet solaire.

CHAPITRE 7 :

Pose de Panneau Solaire : Quelle Réglementation ?

Consulter le Plan Local d’Urbanisme


Première étape avant de réaliser votre installation solaire : consulter le Plan Local d’Urbanisme (abrégé PLU) de votre commune.

Ce document répertorie l’ensemble des règles en matière d’urbanisme que vous devez respecter lors de vos travaux.

Vous pouvez consulter ce document en mairie et parfois en ligne sur le site du service urbanisme.

Panneaux Solaires en Zone Protégée


Vous habitez à proximité d’un bâtiment inscrit ou d’une zone protégée ?

Dans ce cas, vous devez demander l’avis de l’Architecte des Bâtiments de France pour poser des panneaux solaires sur votre toit.

aide locale installation panneau solaire village france

Pour le convaincre de donner un avis favorable à votre projet, vous devez rédiger un dossier à son intention lui expliquant vos motivations et l’impact de votre projet sur l’aspect de votre maison.

Nous avons justement développé un générateur de dossier ABF.

Il vous suffit de répondre à une vingtaine de questions pour obtenir votre dossier généré automatiquement.

J’utilise le générateur de dossier ABF

Déclaration Préalable en Mairie


Si votre projet solaire concerne une maison déjà construite, vous devez demander à votre mairie l’autorisation d’installer des panneaux solaires sur votre toiture.

C’est ce qu’on appelle la déclaration préalable de travaux (ou DP).

Pour l’obtenir, il vous suffit de remplir ce formulaire du CERFA et de l’envoyer à votre mairie avec l’ensemble des documents demandés.

Une fois votre dossier DP envoyé, votre mairie a 1 mois pour vous donner une réponse.

Dans l’immense majorité des cas, la mairie accepte votre demande et vous envoie une autorisation d’urbanisme, à afficher de manière visible depuis la voie publique avant et pendant la durée des travaux.

Si au bout d’un mois vous n’avez toujours pas obtenu de réponse de votre mairie, vous pouvez considérer votre demande acceptée.

Demande de Permis de Construire


Vous faites construire une maison neuve avec des panneaux solaires sur la toiture ?

Dans ce cas, votre installation photovoltaïque doit figurer sur le permis de construire de votre maison.

En plus du formulaire CERFA, vous devez fournir un certain nombre de documents (plan de situation, plan de masse, plan des toitures…).

Une fois réceptionné, la mairie met environ 2 mois à étudier votre dossier.

Bouton téléchargement guide installation panneaux solaires

Conclusion


Voilà, maintenant vous savez tout sur la pose de panneaux solaires en intégration au bâti.

Vous l’aurez compris, l’IAB peut être intéressante si vous faites construire votre maison ou si vous refaites intégralement votre toiture.

Si ce n’est pas le cas, il est plus intéressant financièrement d’opter pour la pose en surimposition, qui consiste à poser les panneaux solaires par-dessus votre élément de couverture.

De plus, la pose en surimposition rend possible la pose de panneaux solaires sur les toitures en bac acier et en PST (sans amiante), impossible en IAB.

J’espère que ce guide vous aura permis d’y voir plus clair sur le sujet.

Maintenant j’aimerais vous laisser la parole.

Connaissiez-vous les différentes étapes de la pose de panneaux solaires en intégration au bâti ?

Saviez-vous que cette pose était possible sur une toiture en ardoise ?

Dites-moi cela dans la section des commentaires ci-dessous.

FAQ

🏠 Comment poser des panneaux solaires sur ma toiture ?


Vous pouvez choisir entre la surimposition, qui consiste à poser vos panneaux solaires par-dessus vos tuiles et l’intégration au bâti. Dans ce cas, vos panneaux solaires “remplacent” vos tuiles.

🔍 Faut-il préférer l’intégration au bâti (IAB) ou la surimposition (ISB) ?


La surimposition présente plus d’avantage que l’intégration au bâti : meilleur rendement des panneaux solaires, meilleure étanchéité, pose plus simple, prix moins élevé…

📝 Quelles autorisations faut-il demander pour poser des panneaux solaires sur sa toiture ?


Vous devez réaliser une déclaration préalable de travaux en mairie et obtenir une autorisation d’urbanisme.

Si vous habitez dans une zone protégée, vous devez obtenir un avis favorable de l’ABF et de votre mairie.

🔨 Comment sont fixés les panneaux photovoltaïques ?


Si vous optez pour l’intégration au bâti, l’installateur fixe des cadres sur votre charpente. Il place ensuite un panneau par cadre. Vos panneaux solaires sont ainsi au même niveau que votre élément de couverture, ce qui permet une intégration plus discrète.