Trouver un installateur photovoltaïque RGE, fiable et dans sa région n’est pas simple.

Entre toutes les qualifications existantes (QualiPV, QualiSol, Qualit’ENR) et les faux installateurs RGE, il peut être difficile de s’y retrouver.

Alors comment faire ?

C’est simple, je vous dis tout dans ce guide :

Comment trouver un installateur Reconnu Garant de l’Environnement dans votre région ?

Cette certification est-elle un gage suffisant de qualité ?

Faut-il obligatoirement choisir un installateur de panneaux solaires photovoltaïques près de chez vous ?

bouton pour trouver un installateur photovoltaique RGE près de chez soi

Sommaire :

Cliquez sur un élément ci-dessous pour consulter directement ce qui vous intéresse.

Chapitre 1 :

Qu’est-ce qu’un installateur photovoltaïque RGE ?

Le minimum syndical pour vos travaux ?


Si vous avez déjà fait des travaux de rénovation, vous en avez probablement déjà entendu parler.

Mais savez-vous vraiment ce qu’est le fameux label RGE « Reconnu Garant de l’Environnement » ?

Et bien il s’agit simplement d’un label de qualité.

Il a été créé en 2011 par le Ministère de la Transition Écologique et solidaire, le Ministère du Logement et de l’Égalité des Territoires, ainsi que l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (Ademe).

Son but ?

Vous aider à identifier les entreprises disposant du niveau de compétences minimum pour la réalisation de travaux de rénovation énergétique.

Mais comme ce n’est jamais simple, derrière le nom RGE se cache une grande variété de qualifications, chacune spécifique à un type de travaux de rénovation énergétique :

  • Qualibat ;
  • Qualifelec ;
  • Qualit’EnR ;
  • QualiPAC ;
  • Qualibois ;
  • Etc.

Bref, retenez que le label RGE peut être décerné pour l’ensemble des travaux de rénovation énergétique (réfection de l’isolement, installation de dispositifs de production d’énergies renouvelables, etc.).

installateur rge de panneaux solaires photovoltaiques

Les certifications RGE pour le solaire


Vous vous en doutez, le but de cet article est de parler du label RGE pour la pose de panneaux solaires.

Alors parmi toutes les certifications RGE aux noms barbares, quelles sont celles qui concernent la pose de panneaux solaires photovoltaïques ?

Vous allez voir, c’est très simple.

Pour être labellisé RGE, votre installateur photovoltaïque doit posséder au minimum l’une des trois certifications présentes dans le tableau ci-dessous :

Organisme Qualification délivrée
logo qualibat pour certification RGE
• QUALIBAT module 5911
logo qualifelec pour certification RGE
• QUALIFELEC SP1 et SP2
logo qualipv pour certification RGE
• QUALIPV module ELEC

Dans les faits, vous rencontrerez surtout des installateurs certifiés QualiBAT ou QualiPV, la qualification Qualifelec étant plus rare.

Chacune de ces qualifications est payante et a une durée de validité de 4 ans.

Par ailleurs, un contrôle est effectué tous les ans pendant la durée de validité.

A l’issue des 4 années, l’installateur doit entamer une procédure de renouvellement.

Chapitre 2 :

Le label RGE : indispensable, mais pas suffisant

Le strict minimum en termes de qualité


Jusqu’à présent, c’était simple : le label RGE était censé garantir la qualité des travaux réalisés par le professionnel certifié.

Malheureusement, la réalité est un peu différente.

Le label RGE est plutôt le niveau de qualifications minimum d’un installateur de panneaux solaires.

C’est un petit peu comme le permis de conduire.

Il permet d’attester que vous avez un niveau de conduite minimum pour rouler.

Mais il ne fait pas de vous un excellent conducteur.

Ce qui fera de vous un excellent conducteur (en plus du permis) c’est votre expérience en tant que conducteur, votre capacité à anticiper, votre attention, etc.

Finalement, tout comme le permis de conduire ne fait pas de vous un excellent conducteur, le label RGE ne fait pas de l’installateur un excellent installateur.

Réparation panneaux solaires

D’ailleurs, une étude de terrain de UFC-Que Choisir enfonce le clou.

Selon cette étude, non seulement le label RGE ne témoigne pas de l’excellence du professionnel, mais il est très loin d’être une garantie suffisante sur la qualité des travaux réalisés.

Les conclusions de l’étude s’articulent autour de 4 points :

  1. Des diagnostics du bâti déficients et faits à la va-vite ;
  2. Des devis non-conformes ;
  3. Des prix excessifs ;
  4. Une méconnaissance des aides.

Trouver un bon installateur RGE : le parcours du combattant


Les conclusions de l’étude UFC-Que Choisir sont claires : il est évident que le label RGE n’est pas une garantie qualité suffisante.

Forts de ce constat, nous avons développé notre propre réseau d’installateurs RGE.

Pour développer ce réseau, nous avons audité plus de 1 000 installateurs RGE.

audit d'une installation de panneaux solaires photovoltaIques

Suite à ces audits, nous avons tiré nos propres conclusions qui corroborent les celles du rapport de l’UFC.

Aides de l’État : le flou artistique 

Dans certains cas, l’installateur audité n’est pas au clair sur qui verse les aides.

Par exemple, certains affirment que c’est ENEDIS qui achète la production d’électricité, alors que c’est EDF O.A.

Ce qui est problématique, car c’est l’installateur qui doit déclencher la demande d’aide. Or s’il se trompe, difficile d’obtenir quoi que ce soit.

Pire, certains assurent carrément qu’il n’y a aucune aide. Comme ça, c’est réglé !

Et cela, c’est sans compter ceux qui ne connaissent pas les montants exacts des aides.

Pour UFC-Que Choisir, c’est le même constat. Trop d’installateurs ne sont pas au fait des aides auxquelles les particuliers sont éligibles.

Résultat : nombre de particuliers ne touchent aucune aide, malgré leur éligibilité.

Prix pratiqué : le grand n’importe quoi

Niveau prix, encore beaucoup d’installateurs audités proposent des prix largement supérieurs au prix de marché.

Un exemple ? Une installation de 3 kWc facturée à… 23 000 € (alors que le prix normal est de 8 000 €).

Pire. Beaucoup d’installateurs refusent purement et simplement de ne donner ne serait-ce qu’une fourchette de prix grossière par téléphone.

Du côté d’UFC-Que choisir, même son de cloche. Les particuliers doivent très souvent payer un surcoût, parfois jusqu’à 185 % du prix du marché.

Pratiques commerciales douteuses

L’une des pratiques les plus répandues reste l’insistance de certains installateurs RGE à se déplacer chez un particulier pour faire une étude « en direct », sans jamais accepter de donner la moindre information à distance.

Pourtant, il y a beaucoup d’informations que vous êtes en droit d’obtenir avant que l’installateur ne se déplace chez vous.

L’UFC-Que Choisir va plus loin en montrant que les devis proposés par les installateurs ne respectent pas les obligations légales.

En effet, la loi précise qu’un certain nombre d’éléments doivent obligatoirement être présents sur le devis comme la date de la visite, le libellé exact des travaux, ou encore le numéro d’agrément de la qualification RGE.

Or comme vous pouvez le constater, les devis audités sont dans leur écrasante majorité non-conformes :

résultats de l'enquête d'UFC-Que Choisir sur les installateurs photovoltaiques RGE

Discours technique approximatif 

Le classique indémodable reste l’exagération des économies réalisables grâce aux panneaux solaires.

Concernant ce point, il y a deux écoles :

  • Les installateurs hésitants qui donnent un chiffre au doigt mouillé ;
  • Ceux qui affirment avec aplomb un montant complètement farfelu.

Alors rappelons-le : les économies réelles peuvent aller jusqu’à 50 % (sans batterie).

Mais sûrement pas 70 ou 90 % comme on peut parfois l’entendre.

Le montant des économies réalisées dépend en premier lieu d’une étude précise et rigoureuse du bâti, ainsi que des consommations du logement.

Pourtant, l’UFC-Que Choisir constate que seuls 9 % des installateurs RGE audités effectuent un diagnostic du bâti dans les règles de l’art, en prenant en compte l’ensemble des critères pertinents.

C’est pour cela que nous avons développé un simulateur solaire vous permettant de connaître les économies que vous pourrez réaliser.

Comme ça, pas de surprise !

installateur sur toiture panneau solaire

Une certification peu contraignante à obtenir


Mais qu’est-ce qui explique que ce label RGE ne soit pas une garantie suffisante ?

La raison principale, c’est la relative facilité avec laquelle un installateur photovoltaïque peut obtenir sa certification.

① Une formation trop succincte :

La formation dispensée et obligatoire pour être certifié est très courte.

En effet, elle ne dure que… 3 jours.

Le rapport UFC-Que Choisir souligne d’ailleurs que les modules de formations sont trop théoriques et n’incorporent pas de « pratique » sur le terrain.

Pour être réellement efficace, elle devrait ainsi être plus longue, mais surtout lier théorie et pratique.

② Une certification décernée au niveau de l’entreprise :

Cette spécificité n’est peut-être pas claire au premier abord.

Le label est décerné au niveau de l’entreprise, et non de chaque employé.

Vous voyez pourquoi cela peut être un problème ?

Et bien tout simplement car il suffit qu’un seul employé passe cette certification pour que l’intégralité de l’entreprise soit labelisée.

Vous n’êtes donc même pas certain(e) que l’artisan intervenant sur votre toit est bien celui qui a passé la certification.

Mathématiquement, plus l’entreprise est grande, moins il y a des chances que ce soit le cas.

③ Manque de contrôle :

Enfin, beaucoup ont pointé du doigt le manque de contrôle a posteriori de la qualité des chantiers réalisés par des installateurs photovoltaïques RGE.

Difficile, dans ces conditions, de se faire une idée sur la qualité et la durabilité des installations réalisées.

Finalement, que faut-il penser du label RGE ?

Que penser du label RGE ? L’avis de notre directeur technique


Nicolas Bodereau Associé fondateur In Sun We Trust

Notre expert et Directeur Technique M. Bodereau évolue dans le solaire depuis bientôt 20 ans.

Il a travaillé avec des acteurs réputés du domaine de l’énergie tels que le CNRS, le SER ou encore Enertrag.

Il nous fait aujourd’hui part de son point de vue sur le label RGE :

« J’ai longtemps travaillé dans les grands parcs photovoltaïques au sol.

Et quand j’ai voulu faire poser des panneaux solaires sur mon toit en tant que particulier, je suis sincèrement tombé des nues.

J’ai reçu chez moi plusieurs entreprises disposant du label RGE. Sur 5 entreprises, je n’ai pas eu une seule fois le même discours.

Une me vendait une installation de base à des prix assez importants, en me certifiant que je ne pouvais pas trouver mieux.

Une autre m’affirmait que seul son matériel était fiable et que ça justifiait un prix 3 fois supérieur.

Le pompon a été une entreprise qui m’affirmait que mon système électrique n’était pas conforme et que pour mettre une installation photovoltaïque, il fallait que je refasse tout.

Le montant des travaux revenait en définitive au quart de la valeur de mon logement.

Finalement je n’ai trouvé personne qui m’ait vraiment convaincu de son sérieux. C’est d’ailleurs une des raisons qui m’ont poussées à fonder In Sun We Trust.

Toutefois, le déficit de crédibilité n’est pas l’unique problème dont souffre le label RGE.

Selon moi, le problème vient du fait que ce type de qualification est relatif à une entreprise toute entière et non aux différents employés de celle-ci.

Concrètement, ça signifie que vous n’êtes jamais sûr(e) que la personne ayant obtenu cette certification RGE pour l’entreprise soit celle sur votre toit. »

Ajoutons que les organismes délivrant la qualification certifiante ne prévoient aucun critère de prix.

Autrement dit, le prix pratiqué par l’installateur ne fait pas partie des critères permettant d’obtenir le label RGE.

Pourtant, après les critères techniques et de compétences, le prix est le critère le plus important pour un particulier qui souhaite s’équiper de panneaux solaires !

C’est d’ailleurs pour cela que nous apportons une attention toute particulière à la grille tarifaire des installateurs qui souhaitent intégrer notre réseau.  

Tout en garantissant la qualité du matériel et de la pose, les prix pratiqués doivent être justes pour le consommateur.

Chapitre 3 :

Le label RGE obligatoire pour bénéficier du Plan Solaire 2020

L’éco-conditionnalité


Si vous ne deviez retenir qu’une chose, c’est celle-ci : depuis octobre 2017, le recours à un professionnel certifié RGE pour être éligible aux aides de l’État est obligatoire.

Autrement dit pas de label RGE, pas d’aides.

On appelle cela le principe d’« éco-conditionnalité ».

Les aides auxquelles vous avez le droit


① La prime à l’autoconsommation :

Lorsque vous choisissez d’installer des panneaux solaires en autoconsommation avec vente du surplus, vous pouvez bénéficier d’une prime.

Elle est calculée en fonction de la puissance installée et mesurée en kilowatt-crête (kWc).

Voici le montant de la prime fixé par la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE) au quatrième trimestre 2020 :

Puissance de l’installation photovoltaïque Montant versé pour chaque kWc installé
⩽ 3 kWc 380 €
⩽ 9 kWc 280 €
⩽ 36 kWc 170 €
⩽ 100 kWc 80 €

② Le tarif d’achat subventionné :

En autoconsommation avec vente du surplus ou en vente totale, vous avez la possibilité de vendre tout ou partie (le surplus) de votre production photovoltaïque à EDF Obligation d’Achat.

La vente se fait à un tarif subventionné par l’État.

Voici les différents tarifs selon le mode de production, tels que définis par la CRE au quatrième trimestre 2020 :

Puissance Tarif d’achat du kWh
Vente du surplus Vente totale
⩽ 3 kWc 0,10 € 0,1797 €
⩽ 9 kWc 0,10 € 0,1527 €
⩽ 36 kWc 0,06 € 0,1135 €
⩽ 100 kWc 0,06 € 0,0987 €

③ Les aides locales :

Certaines collectivités, communauté de communes ou régions proposent des aides pour aider leurs habitants dans leur transition énergétique.

Si celles-ci se font de plus en plus rares, certaines collectivités en proposent toujours.

Par exemple, 4 agglomérations de l’Essonne octroient une prime allant jusqu’à 2 300 €, sans conditions de ressource ! Conclusion

Conclusion

Le label RGE conditionne l’éligibilité à de nombreuses aides qui peuvent faire fondre le coût de votre installation solaire.

Il est donc indispensable que votre installateur photovoltaïque soit certifié RGE pour en bénéficier.

panneau solaire photovoltaique vente totale 9 kWc

Le jargon administratif concernant les aides vous paraît abstrait ?

Prenons l’exemple concret d’un particulier souhaitant faire installer des panneaux photovoltaïques d’une puissance de 3 kWc à Saclay, dans l’Essonne (91).

Voici l’impact des aides sur la facture finale :

Montant pour des travaux réalisés par un installateur RGE
Prix de l’installation de 3 kWc 8 000 €
Prime à l’autoconsommation 1 140 €
Tarif de vente du surplus subventionné sur 20 ans 2 470 €
Aide locale 2 300 €
Coût total final 2 090 €

Chapitre 4 :

Comment bien choisir son installateur photovoltaïque RGE ?


Vous allez voir, trouver un installateur photovoltaïque RGE fiable ne relève pas de la promenade de santé.

Alors attachez votre ceinture, le trajet sera long et pénible !

Etape 1 : trouvez l’installateur RGE


Tout d’abord, commencez par rechercher l’installateur certifié RGE dans l’annuaire officiel qui répertorie les 60 000 professionnels qualifiés en France.

Cette recherche est cruciale.

Pourquoi ?

Il y a beaucoup d’éco-délinquants qui prétendent être certifiés RGE grâce à un logo « officiel » sur leur carte ou sur leur devis.

En réalité, ils n’ont pas la qualification. Résultat : la probabilité que l’installation soit mal réalisée est très élevée, et vous ne pourrez même pas toucher les aides !

Vous devrez donc toujours vous assurer que l’installateur est bien référencé sur cet annuaire, même s’il vous assure que c’est le cas. Et si l’annuaire n’est pas à jour, l’installateur doit toujours pouvoir vous fournir un certificat.

Enfin, vérifiez toujours la date de validité de la qualification délivrée.

Elle ne devra pas être expirée à la date des travaux !

specimen de certificat RGE Qualibat

Etape 2 : épluchez la sinistralité


Avoir un installateur certifié RGE, c’est bien.

Avec une sinistralité à 0, c’est mieux.

Autrement dit, aucune des installations réalisées par l’installateur ne doit avoir provoqué un sinistre.

Comment connaître cette sinistralité ?

Ce n’est pas si simple.

La première étape est de demander à l’installateur de fournir un relevé de sinistralité. Il peut l’obtenir auprès de son assureur sur simple demande.

Ensuite, vous devez demander des références d’anciens clients de votre installateur.

La limite de l’exercice est évidente : vous ne serez jamais assuré(e) que les références transmises sont représentatives de l’ensemble des chantiers de l’installateurs.

Etape 3 : demandez si l’installateur sous-traite


La sous-traitance n’est pas en soi un problème.

Il arrive en effet que des installateurs très fiables connaissent un pic d’activité et confient l’un de leur chantier à un sous-traitant.

La difficulté, c’est que vous devez obtenir du sous-traitant les mêmes garanties que celle de l’installateur à qui vous signez le chèque.

installateur de panneaux solaires

En plus d’ajouter un niveau supplémentaire de difficulté, cela vous oblige théoriquement à reprendre toutes les vérifications précédentes, mais cette fois pour le sous-traitant …

Sans oublier que l’on peut avoir plusieurs couches de sous-traitance pour un même chantier. Pas simple de s’y retrouver.

Etape 4 : vérifiez le prix


Une fois toutes ces étapes passées, reste à vérifier le prix proposé par l’installateur.

En effet, c’est là un excellent indicateur du sérieux de l’installateur.

Si le prix est complètement déconnecté du marché (excessif, ou au contraire anormalement attractif), cela doit vous inviter à la plus grande méfiance.

Pour rappel, voici les prix TTC (tout compris) en fonction de la puissance de l’installation :

Puissance de l’installation Prix TTC
3 kWc 8 000 €
6 kWc 14 000 €
9 kWc 18 000 €

Etape 5 : vérifiez le niveau de production annoncé


Un autre indicateur du sérieux de l’installateur est le niveau de production annoncé des panneaux solaires.

N’importe quel installateur compétent pourra vous donner, y compris par téléphone, un ordre de grandeur approximatif.

Et pour un chiffre précis, définitif ? Là, ça se complique.

Un installateur fiable prendra en compte des facteurs comme l’ensoleillement local, l’inclinaison et l’orientation de la toiture ou encore le rendement des panneaux solaires pour vous donner un niveau de production relativement précis.

A l’inverse, si l’installateur vous annonce de but en blanc un niveau de production sans même avoir pris le temps d’étudier votre toiture, ce n’est pas bon signe.

Mais comment faire pour savoir si le niveau de production annoncé est réaliste ?

Vous pouvez effectuer une simulation du potentiel solaire de votre maison.

Sinon, vous pouvez également consulter la carte de France de production de panneaux solaires.

carte france rendement panneau photovoltaique

Comment la lire ?

Mettons que vous souhaitez installer 3 kWc et habitez à Rennes.

Dans cas, vos panneaux pourront produire entre (1 000 x 3=) 3 000 kWh et (1 100 x 3=) 3 300 kWh en moyenne.

Si un installateur vous promet une production de 10 000 kWh, vous pouvez passer votre chemin, c’est impossible !

Etape 6 : vérifiez le discours commercial


Qu’est-ce que ça veut dire ?

Tout simplement que les installateurs sérieux ont un discours commercial clair et transparent.

Par exemple, il arrive fréquemment qu’un installateur photovoltaïque refuse de vous donner la moindre information sans se déplacer chez vous.

Ou peut-être qu’il se présentera comme un installateur mandaté par votre région ou par l’État afin de vous assurer de son sérieux.

C’est ce que relevait l’émission Envoyé Spéciale, dans un numéro de 2018 :

Conclusion


Choisir son installateur RGE n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît.

Il y a beaucoup de démarches à effectuer pour s’assurer que l’on confie son projet solaire à un artisan fiable.

Cela demandera donc du temps et de l’énergie !

Surtout qu’un autre critère sera important pour vous, comme nous allons le voir.

Chapitre 5 :

Entreprise photovoltaïque : faut-il privilégier le local à tout prix ?


Vous seriez tenté(e) de répondre OUI.

En réalité, tout va dépendre de vos attentes, mais aussi de votre objectif (gagner un maximum en indépendance, ou bien obtenir le meilleur retour sur investissement).

Cherchez-vous absolument l’installateur RGE le plus proche de chez vous ?

Ou êtes-vous prêt(e) à étendre votre zone de recherche pourvu que l’installateur réponde à des critères précis ? Les deux sont possibles !

Installation solaire photovoltaïque en zone isolée

Choisir un professionnel dans sa commune présente en effet un certain nombre d’avantages :

  • Facilité et rapidité pour se déplacer chez vous ;
  • Facilité à faire jouer le SAV en cas de besoin ;
  • Et en plus, vous faites marcher l’économie locale.

Mais il se peut que votre commune ou votre département ne compte aucun installateur RGE fiable.

En effet, il peut être relativement compliqué de trouver un installateur RGE fiable dans certaines régions de France.

Il est donc nécessaire d’élargir un peu le périmètre de votre recherche.

Par ailleurs, vous avez peut-être des exigences particulières pour votre projet solaire. Par exemple vous recherchez :

Vous pouvez alors tout à fait privilégier un installateur hors de votre département, voire de votre région.

Chapitre 6 :

Conclusion


La certification RGE, c’est donc l’exigence minimale et indispensable lorsque l’on cherche un installateur de panneaux solaires.

Mais c’est loin d’être suffisant.

Une fois l’installateur certifié RGE trouvé, il y a une foule d’autres critères à scrupuleusement observer pour garantir la qualité de votre installation.

Cela peut être long et fatiguant.

Mieux vaut ne pas prendre à la légère ces critères, au risque de tomber sur le mauvais installateur.

Je suis conscient que la recherche d’un installateur RGE de confiance peut être un vrai cauchemar.

C’est pourquoi In Sun We Trust réalise toutes ces démarches pour vous.

Notre réseau d’installateur est le fruit d’un long et rigoureux travail de sélection.

Nous auditons les artisans RGE avec un cahier des charges très exigeant (prix, sinistralité, satisfaction des anciens clients, discours commercial, etc.) pour ne garder que 10 % des postulants.

Notre réseau de 80 installateurs couvre l’ensemble du territoire français.

Vous êtes donc sûr(e) d’être entre les mains d’un installateur ultra-fiable et proche de chez vous.

bouton pour trouver un installateur photovoltaique RGE près de chez soi

FAQ

Le certificat RGE est-il indispensable ?


Oui. Si ce n’est pas le cas, non seulement vous ne pourrez pas toucher les aides, mais en plus vous n’aurez aucune garantie sur un niveau de compétences minimum de l’installateur.

Le certificat RGE est-il suffisant ?


Non. Il est indispensable pour toucher les aides de l’État, mais loin d’être une garantie de qualité suffisante. Il faudra aussi prendre en compte la sinistralité, l’avis de ses anciens clients et une foule d’autre critères.

Quels sont les qualifications certifiantes RGE ?


Pour être labellisé RGE, l’installateur doit justifier de la qualification QUALIBAT module 5911, OU des qualifications QUALIFELEC SP1 et SP2, OU de QUALIPV module ELEC.

Maintenant j’aimerais vous laisser la parole :


Saviez-vous que vous ne pouvez pas bénéficier des aides de l’Etat si votre installateur n’était pas certifié RGE ?

Étiez-vous au courant que le certificat RGE n’est pas un gage de qualité suffisant ?

Faites-le moi savoir en laissant un commentaire juste en-dessous !