Si vous souhaitez tout savoir sur l’autofinancement des panneaux solaires, vous êtes au bon endroit.

Financement de votre installation par l’État ou par EDF ?

Revenus extravagants couvrant le montant de votre prêt ?

Annulation de vos factures d’électricité ?

Je vous explique tout ça et bien plus encore.

C’est parti !

bouton demandez des devis solaires

Sommaire :

Cliquez sur un élément ci-dessous pour consulter directement ce qui vous intéresse.

Chapitre 1 :

Autoconsommation et vente totale : de quoi parle-t-on ?

Financer son indépendance énergétique


L’autoconsommation avec vente du surplus est aujourd’hui le mode de production d’électricité le plus populaire en France.

Les panneaux solaires produisent de l’électricité photovoltaïque qui est directement injectée dans votre maison pour être consommée.

En général, une installation photovoltaïque vous permet de faire entre 25 et 50 % d’économies sur vos factures d’électricité.

Il se peut également que la production de vos panneaux solaires soit supérieure à votre consommation.

On appelle cet excédent le « surplus ».

Ce dernier peut être vendu à EDF Obligation d’Achat (l’entité d’EDF chargée par l’État de racheter l’électricité aux particuliers producteurs d’énergie) à un tarif connu à l’avance et fixe pendant 20 ans à partir de la date de signature du contrat.

Acheminement électricité par ligne haute tension réseau électrique EDF OA

La vente totale, l’option historique


Autre alternative, la vente totale est le mode de production photovoltaïque historique en France.

Cette fois, la totalité de l’électricité produite par vos panneaux solaires est directement revendue à EDF Obligation d’Achat.

Dans ce cas également, les tarifs d’achat pratiqués par EDF OA sont connus à l’avance et garantis pendant 20 ans.

Chapitre 2 :

Quelle est la production réelle d’un panneau solaire ?

Produire 20 000 kWh par an. Vraiment ?


Un argument puissant des éco-délinquants consiste à surestimer la quantité d’électricité produite par vos panneaux solaires (autrement appelée productible).

Mais dans quel but le productible est-il exagéré ?

Tout simplement pour gonfler le montant d’électricité que vous revendez à EDF OA.

Concrètement, qu’est-ce qu’un productible extravagant ?

Nous avons reçu le témoignage d’un particulier à qui un démarcheur promettait une production totalement irréelle.

Il garantissait la vente à EDF OA de 22 000 kWh par an, et ce pour une installation standard de 3 kWc.

Autrement dit, la vente du surplus garantissait à elle seule un revenu de 2 200 € par an.

Comme nous allons le voir par la suite, c’est tout bonnement impossible pour une installation de cette puissance.

panneaux solaires monocristallins en surimposition

Quel est le résultat de ce mensonge ?

Les revenus que vous tirez de la vente totale de votre électricité deviennent tout à coup une manne tombée du ciel qui vous permet non seulement de payer vos mensualités, mais également vos propres factures.

Vos panneaux solaires seraient donc autofinancés, ce qui est impossible.

Les conditions optimales pour estimer son productible


Vous savez maintenant que l’autofinancement est souvent justifié par des productibles déconnectés de la réalité.

Mais alors comment évaluer un productible réel, me direz-vous ?

Vous vous en doutez, cela va dépendre de plusieurs facteurs.

orientation inclinaison toiture production panneau solaire

Les plus importants sont l’orientation de votre toiture, son inclinaison et le masque d’ombrage.

Les conditions idéales de pose pour des panneaux solaires généralement retenues sont :

  • Une orientation plein Sud ;

ET

  • Une inclinaison de 30° ;

ET

  • L’absence d’ombrages.

Toutefois, ce ne sont que des conditions idéales.

Une installation solaire peut tout à fait être rentable dans des conditions différentes.

En revanche, il y a deux facteurs qui excluent totalement la possibilité d’une installation solaire :

  • Une orientation Nord de la toiture où est effectuée la pose (y compris Nord-Ouest et Nord-Est) ;
  • Un ombrage permanent et total de la toiture.

Votre toiture est orientée plein Est ou plein Ouest ?

Un arbre diffuse un ombrage partiel et temporaire ?

Aucun problème, vous pourrez quand même installer des panneaux solaires sur votre toiture.

Chapitre 3 :

Quels sont les véritables tarifs de vente à EDF Obligation d’Achat ?

Vendre le kWh à 0,24 €. Vraiment ?


C’est là encore une source de confusion fréquente.

Elle tient principalement au fait que les tarifs de vente sont réévalués tous les trimestres par la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE), ce qui peut induire en erreur.

Pourquoi exagérer le montant du tarif de vente ?

Tout simplement pour gonfler les revenus que vous tirez de la revente du surplus ou de la vente totale.

Prenons un exemple.

Nous avons récemment reçu un message de la part d’un particulier souhaitant installer des panneaux solaires en autoconsommation pour une puissance totale de 3 kWc.

On lui a notamment promis un tarif de vente du surplus à 0,24 € par kWh.

Spoiler : le tarif prévu par la loi est de 0,10 € /kWh.

En clair : les revenus issus de la vente du surplus estimés par le démarcheur seront au moins 2 fois plus élevés que la réalité !

Toutefois il est facile de repérer un tarif mensonger en consultant la grille tarifaire du CRE.

A quel prix vendre son électricité à EDF OA ?


Désormais vous savez qu’en autoconsommation avec vente du surplus ou en vente totale, vous avez affaire au même interlocuteur : EDF Obligation d’Achat.

C’est lui qui est chargé par l’État de racheter votre électricité.

Et ce, qu’il s’agisse de votre surplus dans le cas de l’autoconsommation, ou bien de la totalité de votre production dans le cas de la vente totale.

C’est la CRE qui s’occupe de définir la grille tarifaire de rachat de votre électricité.

Voici donc les tarifs définis par la CRE au 4ème trimestre 2020, selon la puissance installée :

 Tarif d’Achat du kWh par EDF OA
PuissanceAutoconsommation avec vente du surplusVente totale
⩽ 3 kWc0.10 €0.1797 €
⩽9 kWc0.10 €0.1527 €

Il est strictement impossible de proposer un tarif qui ne rentre pas dans cette grille.

Pourquoi ?

Car les articles L.314-1 et L.121-27 du code de l’énergie prévoient l’obligation légale pour EDF et les ELD (Entreprises Locales de Distribution) de racheter le surplus au prix fixé par l’arrêté tarifaire trimestriel de la CRE.

Pour faire court : peu importe les tarifs fabuleux que vous proposent un démarcheur, votre électricité sera achetée uniquement au prix fixé par la CRE.

Impossible de tricher !

Chapitre 4 :

Quelles sont les économies réalisées grâce au solaire ?

Ne plus payer ses factures d’électricité. Vraiment ?


Cet argument est uniquement utilisé dans le cas de l’autoconsommation avec vente du surplus.

Il n’est pas rare que des installateurs peu scrupuleux vous promettent l’indépendance totale vis-à-vis du réseau local de distribution sans même posséder de batterie de stockage.

Le but ?

Justifier que vous ne paierez plus aucune facture après la pose des panneaux solaires.

Cette pratique joue sur la confusion entre les termes autoconsommation et autoproduction.

Quelle est la différence ?

  • L’autoconsommation désigne la part de l’électricité produite par vos panneaux solaires qui est effectivement consommée. Autrement dit, c’est l’ensemble du productible solaire consommé divisé par le total de la production solaire.
  • L’autoproduction représente elle la part de votre électricité consommée qui est issue de la production de vos panneaux. C’est donc l’ensemble du productible solaire consommé divisé cette fois-ci par le total de l’électricité consommée.

Prenons un exemple pour y voir plus clair.

Vous installez des panneaux solaires pour une puissance totale de 3 kWc.

Vos panneaux produisent 4 000 kWh sur une année.

Sur ce montant, vous consommez 3 000 kWh et revendez 1 000 kWh de surplus à EDF.

Par ailleurs, vous consommez toujours 4 000 kWh qui viennent du réseau local (il s’agit de l’électricité que vous consommez lorsque vos panneaux ne produisent pas, c’est-à-dire la plupart du temps pendant la nuit).

Dans ce cas :

  • Autoconsommation : 3 000/ 4 000 x 100 = 75 % ;
  • Autoproduction : 3 000 / 7 000 x 100 = 43 %.

Le discours trompeur des éco-délinquants consistera à vous faire croire que vous obtiendrez 75 % de réduction sur votre facture.

C’est faux !

75 %, c’est la part de votre production d’électricité solaire qui va venir alimenter vos appareils.

Alors, quel est le vrai chiffre de réduction de factures ? Quel est ce fameux « taux d’autoproduction » dont nous parlions à l’instant ?

Dans notre exemple, vous réduirez votre facture de 43 %, ce qui est déjà un très bon résultat !

Installation solaire photovoltaïque en zone isolée

Vous l’aurez compris, c’est le taux d’autoproduction qui détermine votre indépendance réelle vis-à-vis du réseau local de distribution, et donc la baisse du montant de votre facture.

L’autonomie totale vis-à-vis du réseau EDF (correspondant à un taux d’autoproduction de 100%) est aujourd’hui impossible à atteindre, même si vous êtes équipé(e) de batterie(s).

En l’état actuel, il est même impossible d’aller au-delà de :

  • 50 % d’autonomie électrique avec des panneaux solaires seuls ;
  • 60 % d’autonomie électrique si vous rajoutez une ou plusieurs batteries.

Quelles économies réelles sur votre facture d’électricité ?


Pour atteindre un taux de 50 % d’autoproduction, il faudra que vous changiez vos habitudes de consommation.

appareil électroménager consommation électricité
Photo par PhotoMIX Company sur Pexels

Vous vous souvenez, nous avons dit qu’il pouvait y avoir un différentiel entre la quantité d’électricité produite (productible) et l’électricité que vous consommez effectivement.

Par exemple, en pleine journée à 13h, si vous n’êtes pas chez vous, vos panneaux solaires produiront plus d’électricité que vous n’en consommez.

Le but du jeu est d’adapter vos pratiques de consommation afin de consommer un maximum de votre électricité lorsque les panneaux solaires produisent.

Pourquoi ?

Tout simplement car le tarif d’achat de votre surplus est inférieur au prix de l’électricité que vous achetez sur le réseau (en moyenne autour de 0,15 €/kWh).

En conséquence, il sera plus intéressant de consommer un maximum de votre production d’électricité solaire. Ce sera plus rentable que de l’injecter sur le réseau à 0,10 €/kWh.

Comment ?

Rien de plus simple.

Il suffira par exemple de différer le démarrage votre électroménager (lave-linge, lave-vaisselle etc.) et de votre ballon d’eau chaude.

Vous pouvez alors obtenir des réductions de facture d’électricité de 50 %, et ce sans batterie !

Vous pouvez aussi choisir d’investir dans des dispositifs de domotique. Vous pourrez contrôler vos différents appareils consommateurs d’électricité à distance pour adapter au mieux votre consommation.

Chapitre 5 :

Quelles aides de l’État pour financer les panneaux solaires ?

Vigilance concernant le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE)


Qu’est-ce que ce fameux CITE dont tout le monde parle ?

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique permet de déduire de votre impôt sur le revenu 30 % des dépenses réalisées pour améliorer les performances énergétiques de votre résidence principale.

Attention, la réduction ne pourra pas dépasser 1 200 €.

Malheureusement, il n’est plus en vigueur depuis 2014 pour le solaire photovoltaïque !

Seuls sont éligibles au CITE les dépenses pour le solaire thermique et aérovoltaïque, ou bien encore pour la domotique.

En résumé :

 

Éligible au CITE

Solaire photovoltaïque
Solaire aérovoltaïque
Solaire thermique
Domotique

Tout n’est pas perdu !

Comme nous allons le voir, il existe une autre aide toute aussi intéressante pour votre installation photovoltaïque.

La prime à l’autoconsommation : une aide précieuse pour vos travaux


Vous souhaitez faire poser des panneaux photovoltaïques en autoconsommation avec vente du surplus ?

Sachez que si vous ne bénéficiez plus du CITE, vous avez en revanche le droit à la prime à l’autoconsommation.

Panneaux solaires iab sur toiture et panneaux solaires en surimposition pare soleil

① Quel est le montant de la prime à l’autoconsommation ?

Il va tout simplement dépendre de la puissance installée.

Concrètement, voici les montants au quatrième trimestre 2020 de la prime à l’autoconsommation, selon le nombre de kWc installés :

Puissance de l’installation photovoltaïqueMontant de l’aide versé pour chaque kWc installé
⩽ 3 kWc380 €
⩽ 9 kWc280 €
⩽ 36 kWc170 €
⩽ 100 kWc80 €

Que se passe-t-il par exemple si vous avez installé 9 kWc ?

Vous touchez une prime de 9 x 280 €, soit un total de 2 520 €.

② Comment la prime à l’autoconsommation est-elle versée ?

Elle est versée à la date anniversaire de la mise en service de votre installation photovoltaïque, et ce pendant les 5 premières années de fonctionnement.

Reprenons notre exemple d’une installation de 9 kWc avec une prime de 2 520 €.

Si vos panneaux solaires fonctionnent depuis avril 2020, vous recevrez 504 € (2 520 divisé par 5) en octobre 2021, 2022, 2023, 2024 et 2025.

③ Quelles sont les critères d’éligibilité ?

Pour pouvoir bénéficier de la prime à l’autoconsommation, les panneaux photovoltaïques doivent :

  • Être installés de manière parallèle à votre toiture ;

OU

  • Être installés sur une toiture plate ;

OU

  • Remplir une fonction d’allège, de bardage, de brise-soleil, de garde-corps, d’ombrière, de pergolas ou de mur-rideau ;

ET

  • Être en autoconsommation avec vente du surplus ;

ET ENFIN

Si vous souhaitez vous affranchir de ces conditions, vous ne bénéficierez ni de la prime ni de la vente de votre production non utilisée à 0.10 € / kWh.

④ Peut-on toucher la prime, même si l’on est en vente totale ?

Non.

L’État considère que le tarif de rachat par EDF OA est une incitation suffisante et n’appelle donc pas à une aide supplémentaire.

Le tarif d’achat subventionné


Que ce soit pour la vente totale ou l’autoconsommation avec vente du surplus, le tarif auquel vous vendez votre électricité à EDF OA est subventionné.

Et oui ! Vous touchez donc une nouvelle aide de la part de l’État.

Pour rappel, ce tarif est défini lors de la signature du contrat et fixe pendant 20 ans.

Dans le cas de la vente totale, que se passe-t-il à la fin du contrat de vente au tarif subventionné ?

Est-il possible de continuer à toucher des aides ?

Prenons un exemple.

Vous signez votre contrat de vente à EDF OA le 9 avril 2020.

Dans ce cas, vous bénéficiez du tarif en vigueur pendant 20 ans.

Que se passera-t-il dans 20 ans, le 9 avril 2040 ?

Vous pouvez :

Attention !

Dans les deux cas, vous ne pourrez plus vendre votre production (en totalité ou le surplus) à EDF. La loi prévoit en effet que vous ne pouvez pas signer une deuxième fois avec le primo-contractant.

Comment faire alors ?

C’est simple, il faudra trouver un autre gestionnaire du réseau électrique concurrent comme une ELD par exemple (Entreprise Locale de Distribution).

Pour rappel, voici les tarifs de vente à EDF OA définis au quatrième trimestre 2020 :

 Tarif d’Achat du kWh par EDF OA
PuissanceAutoconsommation avec vente du surplusVente totale
⩽ 3 kWc0.10 €0.1797 €
⩽9 kWc0.10 €0.1527 €

Les aides et subventions locales


C’est là encore un des arguments préférés des éco-délinquants.

On vous promet l’autofinancement grâce aux aides de l’État et à des subventions locales extravagantes, qui rendent votre investissement tout à coup beaucoup plus intéressant.

autorisation d'urbanisme auprès de la mairie pour installer des panneaux solaires

Nous vous invitons à être vigilant(e) et à systématiquement vous rapprocher de votre collectivité, votre mairie, votre communauté de communes, votre département ou votre région pour en savoir plus sur les aides existantes.

À titre d’exemple, la commune d’Alès en Occitanie offre 200 € aux particuliers qui souhaitent s’équiper de panneaux solaires.

Retenez que les subventions locales / régionales sont rares.

En effet, les collectivités locales considèrent que les panneaux solaires sont en soi suffisamment rentables et qu’il y a assez d’aides de l’État pour en rajouter.

Si un démarcheur vous parle d’une aide « exceptionnelle » qui ne figure pas parmi les aides déjà citées ici, pensez donc toujours à vérifier son existence !

Chapitre 6 :

Comment financer ses panneaux solaires ?

Les bonnes pratiques pour financer des panneaux solaires


Investir dans le solaire, cela a un coût.

Nous avons donc résumé pour vous quelques bonnes pratiques afin de financer au mieux vos panneaux solaires.

① Vérifier le statut RGE de l’installateur

RGE, ça ne vous dit rien ?

Il s’agit du label décerné par l’État aux installateurs Reconnus Garants de l’Environnement.

Pourquoi est-ce si important ?

Car si l’installateur ne justifie pas de cette certification, vous ne pourrez toucher aucune aide.

Cela aurait donc un impact sur le financement de votre installation solaire.

② Vérifier la faisabilité de votre projet solaire

Il est très important avant de vous lancer de procéder à une étape préalable indispensable.

Vous devrez vérifier que votre toiture peut accueillir une installation de panneaux solaires.

Il arrive effectivement qu’installer des panneaux solaires s’avère impossible ou non rentable si :

  • Votre toiture est orientée plein Nord ;
  • Votre toiture est totalement ombragée par un obstacle proche ou lointain (arbre, immeuble, montagne, etc.) ;
  • La charpente de votre toiture est trop fragile pour supporter leur poids.

Si vous correspondez à l’une de ces situations, poser des panneaux solaires ne vous permettra probablement pas d’obtenir un retour sur investissement satisfaisant.

Travaux de rénovation énergétique maison autonome

③ Étudier le potentiel solaire de votre toiture

Ensuite, il sera important de mesurer la quantité d’électricité produite par vos panneaux solaires.

Vous éviterez les déconvenues ! Vous saurez à quoi vous attendre et combien vous rapportera votre installation.

Pour cela, il existe plusieurs options :

④ Comparer le prix proposé

Le prix va directement influencer le montant de votre financement, mais également la durée de l’amortissement de votre investissement.

Une fois encore, les éco-délinquants ne lésinent pas et peuvent parfois vous proposer des prix ahurissants.

Voici donc à titre informatif un référentiel de prix négociés dans notre réseau d’installateurs en fonction de la puissance installée.

Pour des panneaux photovoltaïques (en autoconsommation ou en vente totale), un pack comprenant les panneaux solaires, le matériel, la pose et les démarches administratives coûtera :

  • Environ 8 000 € pour 3 kWc ;
  • Environ 14 000 € pour 6 kWc ;
  • Environ 19 000 € pour 9 kWc.

On vous propose une installation de 3 kWc à 18 000 € ?

Passez votre chemin !

Même en 25 ans de bons et loyaux services, vos panneaux ne produiront pas assez pour que vous puissiez amortir votre installation solaire…

⑤ Aller voir sa banque pour obtenir un financement

Et oui…

Si vous ne dépassez pas un taux d’endettement trop important (aux alentours de 30 %) et si votre banquier connaît les rendements d’un investissement dans des panneaux solaires, vous pourrez obtenir des taux intéressants !

Certains installateurs pourront vous proposer des solutions de financement mais ce ne sera pas toujours intéressant.

Pensez donc à comparer avec les taux proposés par votre banque.

Vous pourrez alors choisir le taux le plus bas et obtenir le meilleur financement.

En combien de temps amortir ses panneaux solaires ?


Pour conclure cet article, voici une simulation récapitulant tout ce que nous avons vu ensemble.

Vous pourrez voir concrètement quel investissement prévoir, comment le financer, et quelle est la rentabilité que vous pouvez en attendre.

Prenons un exemple en considérant les éléments suivants :

village en France panneaux solaires zone protégée ABF
Caractéristiques de la maison : 
Situation :Grenoble
Orientation toiture :Nord-Sud
Inclinaison :30°
Surface disponible sur pan Sud :80 m²
Étage(s) :Maison de plain-pied
Consommation électrique12 000 kWh
Montant de la facture :+/- 1 800 €
Habitant(s) :2 adultes et 2 enfants
Surface habitable :+/- 120 m²
Eau-chaude :Ballon électrique
Chauffage :Électrique
Cuisine :Four et plaques électriques
Électroménager :Équipement de base

Au vu de ces informations, il faudrait partir sur une installation photovoltaïque pour une puissance de 6 kWc en surimposition.

Si vous avez suivi, vous savez que le prix pour une telle installation est de … oui, 14 000 €. C’est bien, vous suivez.

Vous avez le droit à une prime de 1 740 € versée en 5 annuités de 348 € (prime en vigueur au 09/04/2020).

Dans cette configuration, vous remboursez votre installation en seulement 11 ans.

Sur les 14 années restantes, vous multipliez jusqu’à 2,5 fois (34 725 / 14 000) votre mise initiale.

Par ailleurs vos panneaux continueront de produire au-delà de 25 ans. On estime leur durée de vie à 40 ans.

Vous continuerez donc à réaliser des économies au-delà des 25 ans de garantie.

Vous aimez les tableaux ?

Parfait, reprenons notre exemple et voyons le tableau d’amortissement correspondant :

AnnéesÉconomies (€)Vente du surplusAides de l’ÉtatFrais supplémentaires (TURPE)Total
2019780293348251 396
2020803289348262 810
2021827285348264 244
2022852281348275 698
2023877277348277 173
2024904273288 322
2025931269289 494
20269592652910 689
20279882612911 908
20281 0172573013 153
20291 0482533114 423
20301 0792493115 720
20311 1122463217 046
20321 1452423218 400
20331 1792383319 784
20341 2152343421 199
20351 2512303422 645
20361 2892273524 125
20371 3272233625 640
20381 3672193727 189
20391 40828 597
20401 45030 047
20411 49431 541
20421 53933 080
20431 88534 664
    Total    34 664

Quelles seront les mensualités à payer ?


Évidemment, cela dépendra des conditions de prêt que vous arrivez à négocier avec votre banque.

Les conditions de financement sont aujourd’hui très avantageuses.

En effet, on observe un TAEG (taux Annuel Effectif Global) autour de 2,5 %.

Concrètement, ça veut dire quoi ?

Reprenons notre exemple d’une famille à Grenoble et récapitulons les conditions du prêt :

Montant emprunté : 14 000 €

Durée de remboursement du prêt : 10 ans

TAEG : 2,5 %

Dans ce cas, le coût total du prêt (capital emprunté + intérêts + frais bancaires) s’élève à 15 960 €.

Les mensualités s’élèvent donc à 133 €.

Toutefois, en mensualisant les économies liées à vos panneaux et les aides de l’État, vous paierez moins que cela.

Démonstration avec ce tableau pour récapituler le coût « réel » de votre prêt :

AnnéeMensualitésÉconomies mensuellesMensualité réelles
2019133 €-64 €69 €
2020133 €-65 €68 €
2021133 €-67 €67 €
2022133 €-68 €66 €
2023133 €-69 €65 €
2024133 €-50 €83 €
2025133 €-51 €82 €
2026133 €-52 €81 €
2027133 €-54 €80 €
2028133 €-55 €78 €

NB : comme vous pouvez le constater, les aides de l’État versées les 5 premières années sont un véritable coup de pouce pour le paiement de vos mensualités !

bouton demandez des devis solaires

Maintenant, c’est à vous !


Voilà, vous savez à présent tout ce qu’il faut savoir sur le financement des panneaux solaires.

question ou commentaire

J’espère que vous serez capables de déceler à l’avenir les discours frauduleux.

J’aimerais maintenant vous laisser la parole :

Avez-vous déjà été victime de discours malhonnêtes sur l’autofinancement prétendu de panneaux solaires ?

Saviez-vous que l’autoproduction totale était impossible ?

Faites-le moi savoir en réagissant juste en-dessous !

FAQ

Une installation solaire peut-elle s’autofinancer ?


Sauf dans quelques cas rares où toutes les conditions sont réunies, une installation solaire ne s’autofinancera jamais.

Gare à cet argument, car c’est l’un des préférés des éco-délinquants !

Quelles sont les économies réelles sur la facture d’électricité ?


On entend souvent qu’avec des panneaux solaires, la facture d’électricité tombe à 0€. C’est faux !

En réalité, sans batterie, on peut viser une économie sur sa facture de 50 % environ.

Le crédit d’impôt photovoltaïque existe-t-il toujours ?


Non. Il a disparu pour le solaire photovoltaïque (il est en revanche toujours d’actualité pour le thermique ou l’aérovoltaïque).

A la place il a été remplacé par une prime à l’autoconsommation allant de 380 € à 80 € par kWc installé.