Autoconsommation photovoltaïque : une pratique écolo ?

L’autoconsommation est une pratique qui vous permet de consommer votre propre électricité solaire. Générée par des panneaux photovoltaïques, cette électricité sera directement utilisée par vos appareils électriques. Quel est le bilan écologique réel de cette solution ? Est-il préférable pour la planète que votre électricité solaire soit vendue ou autoconsommée ? Retour sur cette pratique de plus en plus appréciée.

Qu’est-ce que l’autoconsommation photovoltaïque ?

Alors que l’autoconsommation photovoltaïque est déjà plébiscitée et encouragée dans plusieurs pays européens, notamment l’Allemagne, la France a longtemps soutenu la vente d’électricité au réseau via un mécanisme de tarif d’achat (feed-in tariff en anglais).

Or, selon un sondage de mai 2016 commandé par le syndicat Enerplan, la pratique de l’autoconsommation attire de plus en plus de Français. Un sur deux se dit prêt à investir dans une installation de panneaux solaires en autoconsommation, pour maîtriser ses dépenses énergétiques mais aussi pour agir de manière concrète contre le réchauffement climatique.

L’État vient de marquer son soutien à cette nouvelle pratique en publiant un arrêté tarifaire en mai 2017. Afin d’encourager les Français à investir dans des installations en autoconsommation avec vente de surplus, une prime de 400€ par kilowatt installé sera versée pour une installation inférieure à 3kWc, soit une douzaine de panneaux solaires.

 

Une nouvelle manière de produire et de consommer l’électricité

La pratique de l’autoconsommation a pour but d’absorber en temps réel la production d’électricité solaire générée par les panneaux. Cela nécessite d’ajuster au mieux sa production en fonction de sa consommation moyenne, et de modifier les habitudes quotidiennes. Par exemple, il faut profiter au maximum de belles journées ensoleillées pour faire tourner les appareils électriques tels que la machine à laver. En produisant votre propre électricité issue de l’énergie solaire, vous devenez ainsi acteur de la transition énergétique.

L’autoconsommation n’est d’ailleurs pas uniquement réservée aux particuliers, ou aux sites isolés ne disposant pas du réseau électrique. Le secteur tertiaire ou encore les collectivités peuvent également produire et consommer leur propre électricité, à l’instar de la ville de Perpignan. La ville va inaugurer le mois prochain une centrale photovoltaïque en autoconsommation sur ombrière de parking, en vue d’alimenter le centre municipal technique. Avec cette ombrière, la plus puissante de la région, la ville économisera plus de 24 000€ par an en électricité.

 

Ombrières photovoltaïques pour parking.

 

Grâce à cette réappropriation de la problématique énergétique par les collectivités, les populations vont être mieux sensibilisées aux enjeux énergétiques et climatiques.

 

Découvrez si l’autoconsommation est faite pour vous

L’autoconsommation photovoltaïque est-elle écologique ?

En plus d’une réduction sur la facture électrique et un gain d’autonomie énergétique, cette pratique en plein essor a un impact positif sur l’environnement.

D’une part, l’autoconsommation photovoltaïque permet de réduire les pertes en ligne puisque le point de production correspond au point de consommation. En effet, le volume d’électricité produit par nos centrales françaises n’arrive pas entièrement aux consommateurs. Ceci s’explique par les pertes liées aux réseaux de transport et de distribution, qui acheminent l’électricité des centres de production vers les zones de consommation. Selon ENEDIS, qui exploite environ 95%`des réseaux, les pertes sont estimées à 23,2TWh en 2016, soit la consommation de près de 4 350 000 foyers français en un an !

 

 

D’autre part, installer des panneaux solaires sur sa toiture pour sa propre consommation permet de réduire la dépendance aux énergies fossiles et nucléaires. On agit ainsi pour la planète, puisque le bilan carbone de l’énergie solaire est deux fois moindre que celui du nucléaire selon Energy Policy : 33 g de CO2/kWh contre 66 g de Co2/kwh pour le nucléaire.

Qui plus est, comparé à l’énergie nucléaire, l’énergie solaire est économe en eau et génère peu de déchets. En effet, comme vous avez pu le découvrir dans un précèdent article, le taux de recyclage d’un panneau photovoltaïque dépasse désormais bien souvent les 90 %. De quoi répondre à cette question, qui préoccupe encore beaucoup d’entre nous : « que faire des panneaux solaires après leurs 30 ans de durée de vie ? »

Au-delà de la seule écologie, et dans une perspective plus large de développement durable, notons enfin que la pratique de l’autoconsommation permet de valoriser l’artisanat local. Si vous décidez de faire appel à des installateurs de panneaux solaires locaux et compétents, comme ceux que référence In Sun We Trust, vous contribuez à soutenir des emplois verts et non-délocalisables.

Passez facilement à l’autoconsommation

 

Est-il plus écologique de vendre ou d’autoconsommer son électricité ?

L’autoconsommation photovoltaïque a indéniablement des impacts positifs sur l’environnement. Néanmoins, il convient d’apporter quelques précisions.

 

Tout d’abord, il est aujourd’hui très difficile de compter à 100 % sur les panneaux solaires pour sa consommation d’électricité. Les heures où l’on produit le plus d’électricité solaire ne sont pas forcément celles où l’on consomme le plus. A cela s’ajoutent les effets saisonniers : c’est en hiver qu’on produit le moins, mais aussi qu’on s’éclaire ou se chauffe le plus.

De ce fait, une installation optimale de panneaux solaires en autoconsommation permet d’effacer environ 30 à 40 % de la facture d’électricité. L’électricité qui n’est pas consommée instantanément sur place est vendue au réseau (« vente de surplus »), ou injectée gratuitement (autoconsommation totale). L’autre option est de les stocker dans des batteries afin de pouvoir l’utiliser la nuit, par exemple. Or aujourd’hui, les systèmes de batteries coûtent cher, trop chers pour être rentabilisés. A moins que l’indépendance vis-à-vis du réseau d’électricité vous tienne à cœur !

Autre point important à préciser : la vente totale d’électricité est tout aussi écologique, sinon plus, que l’autoconsommation. En effet, le tarif d’achat mis en place par l’Etat permet de rentabiliser des installations plus grosses : de 6 à 9 kWc en général, contre 3 kWc ou moins pour l’autoconsommation. Si vous disposez d’une belle toiture bien orientée, ce seront donc autant de panneaux solaires en plus pour la transition énergétique.

 

 

Ajoutons à cela que les électrons, selon un phénomène bien connu des scientifiques, se déplacent toujours vers le point de demande le plus proche. Par exemple, si vous rechargez votre smartphone pendant que vos panneaux produisent, les électrons vont s’empresser d’alimenter votre chargeur. Le reste de la production sera envoyé en priorité vers votre voisin, ou le restaurant du quartier, avant de poursuivre éventuellement sa route. La différence, c’est que vous aurez bénéficié d’un tarif subventionné pour toute cette électricité – y compris celle que vous consommez vous-mêmes.

Conclusion : installer des panneaux solaires est toujours un geste écologique fort. Le choix entre autoconsommation et vente d’électricité ne dépend que du potentiel solaire de votre toiture, et de vos préférences personnelles !

Autoconsommation ? Vente totale ? Faites une simulation

.

 

Facebook Comments