Face aux enjeux de plus en plus pressants du dérèglement climatique, l’architecture peut et doit se mettre à l’heure des énergies renouvelables. Dans un précédent article, nous vous avions présenté 5 projets innovants de bâtiments solaires, montrant que l’Homme est désormais capable de construire des édifices à la fois écologiques, autonomes et esthétiques. Mais s’il est relativement simple d’intégrer le solaire photovoltaïque aux bâtiments nouveaux, quid des monuments historiques, conçus à une époque où les panneaux solaires n’avaient même pas encore été imaginés ?

Vous le saviez peut-être : la présence de monuments historiques à proximité de votre habitation peut être une difficulté majeure dans la réalisation d’un projet d’énergie solaire (voir ici la règlementation en vigueur). Autant dire que l’installation de panneaux solaires sur des monuments historiques ne coule vraiment pas de source ! C’est pourtant le pari qu’a décidé de relever la cathédrale de Gloucester, au Royaume-Uni. Vieux de 1000 ans, ce chef-d’œuvre architectural compte accueillir 150 panneaux photovoltaïques, ce qui fera de lui le plus vieil édifice au monde à consommer de l’électricité solaire (25 000 kilowatts/heure par an, pour être précis).

Initié il y a plus de 6 ans, le projet vise à faire de ce monument historique un lieu de culte durable et écologique. 6 ans, ça vous paraît peut-être long pour une simple pose de panneaux solaires ? Pourtant, cela se justifie pleinement lorsque l’on connaît la difficulté du chantier. Installer du photovoltaïque sur un bâtiment existant, et qui plus est vieux d’un millénaire, c’est évidemment beaucoup plus difficile que de concevoir cette installation en même temps que le bâtiment lui-même. Tout l’enjeu est de mettre en place les panneaux solaires, sans pour autant menacer la stabilité ou la qualité architecturale du monument.

  • Cathédrale de Gloucester - Vue d'ensemble
    Cathédrale de Gloucester - Vue d'ensemble
  • Cathédrale de Gloucester
    Cathédrale de Gloucester
    L’installation génère 25 000 kilowatts d’énergie par an
  • Cathédrale de Gloucester
    Cathédrale de Gloucester
    150 panneaux solaires sur la cathédrale
  • Cathédrale de Gloucester - Vue grand angle
    Cathédrale de Gloucester - Vue grand angle

Un monument historique 100 % « solaire-compatible »

Heureusement, il s’est avéré que Gloucester – comme d’ailleurs la plupart des cathédrales – possède certaines caractéristiques qui facilitent l’installation de panneaux solaires.

Premier atout : la hauteur. A moins de se balader en hélicoptère ou d’acheter le dernier drone à la mode, il est difficile de voir ce qu’il se passe sur le toit de Gloucester, à près de 70 mètres de hauteur. Donc, pas de problème d’ombrage causé par les bâtiments voisins, ou de risque que l’installation photovoltaïque soit vue depuis le sol. De plus, les contreforts, gargouilles et autres sculptures sur roche ornent les recoins du bâtiment, bloquant ainsi la vision d’éventuels curieux.

Second atout, le positionnement de ce monument historique qui lui permet de bénéficier d’un rendement solaire optimal. Comme la plupart des cathédrales, Gloucester a été construite de manière à pointer de l’est vers l’ouest, la zone sud – la plus ensoleillée – restant inexploitée. Cela offre un espace considérable pour des installations de panneaux solaires photovoltaïques.

Et, si ces arguments ne suffisent pas à prouver la légitimité d’un tel projet, une dernière information peut changer la donne. Au Royaume-Uni comme ailleurs, on a pris l’appel du Pape François très au sérieux. Son encyclique Laudato Si a exhorté les catholiques (et les autres !) à changer leurs modes de consommation  et de production afin de « protéger la création ». D’ailleurs, près de 2 000 Eglises britanniques ont récemment abandonné leurs fournisseurs traditionnels d’énergie au profit d’offres 100% renouvelables.

Imitez Gloucester, testez votre potentiel solaire