« OH CA Y EST IL A DECOLLÉ ! » Dans les bureaux d’In Sun We Trust, il n’est pas rare d’entendre un membre de l’équipe s’enthousiasmer devant le livecast de Solar Impulse, premier avion 100 % solaire à faire le tour du monde. C’est vrai, on est un peu groupies sur les bords… mais vous allez vite comprendre pourquoi.

Jules Verne aurait pu en rêver, Bertrand Piccard et André Borschberg sont en train de le faire : le tour du monde (soit plus de 35 000 kilomètres) à bord d’un engin alimenté uniquement par l’énergie solaire. Débuté à Abu Dhabi le 9 mars 2015, leur périple devrait s’y achever cet été, et vient tout juste de franchir une étape majeure : la traversée de l’Atlantique.

L’objectif ? Démontrer que les énergies renouvelables sont une solution d’avenir – et que, si l’on parvient à battre des records d’aviation à l’aide de l’énergie solaire, on peut à peu près tout faire avec. Comme l’a écrit Bertrand Piccard dans un manifeste publié en 2004 : « nous voulons replacer les rêves et l’émotion au cœur de l’aventure scientifique ». La classe, non ?

Nicolas, notre bien aimé co-fondateur, ne s'est pas encore remis de sa rencontre avec B. Piccard et A. Borschberg
Nicolas, notre bien-aimé co-fondateur, ne s’est pas remis de sa rencontre avec les deux pilotes

Un bijou de technologie solaire

Derrière Solar Impulse, il n’y a pas que la vision « idéale » d’un monde alimenté par les énergies propres : il y a aussi la technologie qui prouve que ce monde est à notre portée.

La carrosserie est faite de fibre carbone, 3 fois plus légère que le papier ; plus de 17 000 cellules solaires, de l’épaisseur d’un cheveu, couvrent 71 mètres d’ailes ; 4 batteries haute tension stockent l’électricité produite durant la journée, permettant à l’avion de voler la nuit.

La structure de Solar Impulse dessinée par le journal USA Today
                         La structure de Solar Impulse dessinée par le journal USA Today

De quoi marquer l’histoire des énergies renouvelables, mais également (au passage) celle de l’aviation. Le vol de Solar Impulse l’été dernier, entre le Japon et Hawaï, a ainsi battu le record du plus long trajet en solitaire : cinq jours sans toucher terre.

Ceci dit, pour produire de l’électricité, votre toiture n’a pas besoin de telles prouesses techniques : un bon installateur, des panneaux et un onduleur feront très bien l’affaire. Ça ne vous emmènera peut-être pas à Tokyo, Tulsa ou Abu Dhabi, mais vous pourrez prendre part (depuis la terre ferme) à l’aventure de messieurs Piccard et Borschberg : accélérer la révolution solaire autour du monde !

Il ne vous reste plus qu’à estimer le potentiel de votre toiture… et espérer que Solar Impulse se pose près de chez vous, après avoir redécollé de Séville d’ici quelques jours.

Facebook Comments