Un placement financier qui permette d’avoir un impact positif sur la planète, construire un système énergétique plus démocratique et soutenir l’artisanat local : pas mal, non ? Si on précise que la rentabilité du solaire est en moyenne de 6 à 10 % par an, comparable à celle d’un achat immobilier ou boursier, ça devient vraiment imbattable ! Et oui : contrairement aux idées reçues, le solaire photovoltaïque reste l’un des meilleurs placements financiers disponibles.

Depuis la suppression du crédit d’impôt en 2014, on pense souvent (à tort) qu’installer des panneaux solaires chez soi est « seulement » un geste éthique, et en aucun cas un bon placement financier. Certes, les subventions publiques pour le photovoltaïque sont à la baisse depuis plusieurs années, mais cela ne signifie pas que le solaire soit sans avenir : au contraire, cette énergie devient de plus en plus abordable, et a donc de moins en moins besoin du soutien de l’Etat.

Étant donné que les coûts et subventions baissent au même rythme, la rentabilité du solaire photovoltaïque se maintient : dans un schéma de vente totale d’électricité sur 20 ans grâce au tarif d’achat, la rentabilité du solaire reste pour la plupart des projets de 6 à 10 % par an. Comme vous pouvez le voir ci-dessous sur un graphique du Monde réalisé avec l’Institut de l’Epargne Immobilière et Foncière, peu de placements financiers offrent une telle rentabilité à 20 ans.

L’argent investi n’est pas de l’argent « perdu »

rentabilité du solaire
Le solaire fait mieux que l’assurance-vie, et jeu égal avec l’immobilier

Lorsque l’on effectue des placements qui génèrent des revenus réguliers (un appartement en location, des actions en Bourse…), on pense souvent au « temps de retour » ou « délai de récupération » : la période nécessaire à ce que la somme des revenus générés égale l’investissement initial.

Souvent, des futurs acquéreurs de systèmes photovoltaïques nous demandent : « mais alors, je vais perdre de l’argent les X premières années ? »

C’est une façon assez commune de voir les choses, mais elle ne reflète pas fidèlement la réalité. On peut l’expliquer de façon technique, à l’aide du concept d’amortissement (voir ci-dessous*). Mais aussi de façon simple : l’argent que vous investissez ne s’évanouit pas dans la nature ! Il vous permet de posséder un actif (votre installation photovoltaïque) qui a de la valeur et génère des revenus. C’est comme si vous achetiez un logement pour le mettre en location, en étant assuré(e) de pouvoir le louer tous les mois durant 20 ans, selon un loyer fixe qui augmente avec l’inflation.

La cerise sur le gâteau ? Même à l’issue du contrat d’obligation d’achat (20 ans), vos panneaux pourront en moyenne produire de l’électricité renouvelable durant encore 10 ans, car leur productivité se maintient remarquablement bien au cours du temps. Et, si vous souhaitez vous séparer de votre habitation, pas de problème : une maison équipée de panneaux solaires est en général plus attirante pour l’acheteur.

Le solaire, un placement utile et sûr

Par les temps qui courent, avec l’incertitude financière qui règne sur fond de Brexit, les placements financiers sûrs et rentables sont rares. Les banques centrales prêtent de l’argent à des taux d’intérêts historiquement faibles, le livret A est à 0,75 %, et il faut même payer (taux d’intérêts négatifs) pour le privilège de détenir de la dette allemande !

Ainsi, la rentabilité du solaire photovoltaïque en fait aujourd’hui l’un des seuls placements qui permette de faire travailler efficacement et sereinement son épargne… et, chose encore plus rare, en faisant du bien à la planète. Évidemment, le risque zéro n’existe pas, mais s’équiper en panneaux solaires a tout d’un investissement sûr :

– le contrat d’obligation d’achat avec EDF est encadré par la loi. Vous avez donc l’assurance de pouvoir vendre, durant 20 ans, votre production d’électricité « verte » à un tarif fixé en amont et indexé sur l’inflation ;

– le matériel est garanti contre la casse (via l’assurance habitation), mais aussi contre les pertes de performance. Les installateurs In Sun We Trust disposent aussi, de leur côté, de toutes les assurances nécessaires (responsabilité civile, garantie décennale). C’est l’une des choses que nous vérifions lors du processus de sélection.

En fait, le seul vrai danger est de se faire arnaquer par un « éco-délinquant » : mauvais matériel, prix stratosphériques, estimation fantaisiste de la production attendue… C’est d’ailleurs tout l’intérêt de notre service : un simulateur fiable, qui vous permet de découvrir par vous-même la rentabilité du solaire sur votre toiture ; et une sélection d’artisans de proximité, triés sur le volet pour la qualité de leur prestation et les prix pratiqués. Des questions sur la rentabilité du solaire ? N’hésitez pas à laisser un commentaire ou nous contacter via le chat In Sun We Trust.

 

* Prêts à en savoir plus sur le concept d’amortissement ? Allons-y ! Prenons un exemple concret : une installation photovoltaïque au prix de 20 000 €, qui génère 2 000 € de revenus par an grâce au tarif d’achat. 20 divisé par 2 = 10, le temps de retour est donc de 10 ans. L’erreur classique serait de penser : « je vais perdre de l’argent les 10 premières années ».

En fait, cette installation constitue un actif dit « immobilisé », car il a vocation à durer dans le temps : vos panneaux solaires ne vont pas s’évaporer dès la première utilisation. Mais ils ne vont pas non plus fonctionner éternellement – leur longévité moyenne est de 30 ans. Pour rester en cohérence avec la durée des contrats d’obligation d’achat, les banques font leurs calculs sur 20 ans (la fameuse « période d’amortissement »).

Revenons à notre exemple (attention, c’est là que ça se complique un peu !) : amortie sur 20 ans, votre installation photovoltaïque à 20 000 € perd 1/20ème de sa valeur (soit 1 000 €) chaque année. La première année, cet « actif immobilisé » vaudra encore 19 000 €, et rapportera 2 000 € grâce à la vente d’électricité (soit 21 000 € en tout). Donc, dès la première année, vous aurez en fait gagné 1 000 € ! Idem la deuxième année, puisque l’installation aura encore perdu 1/20ème de sa valeur, mais aussi rapporté 4 000 € en cumulé. Et ainsi de suite…

 

Facebook Comments