Aujourd’hui, consommer local nous paraît évident.

Pourtant quand on parle de circuit court, on ne pense pas tout de suite à l’énergie.

Les panneaux solaires en autoconsommation permettent de remédier à cela.

De plus, grâce aux aides de l’État, c’est aujourd’hui très facile de consommer sa propre électricité.

En effet, vous pouvez librement :

  • réduire vos factures,
  • alimenter votre quartier en électricité verte,
  • préserver la planète,
  • et même gagner de l’argent en vendant votre surplus de production à EDF (mais ce n’est pas obligatoire).

Cela dit, trouver des informations claires peut être compliqué.

Voici donc un guide détaillé pour vous aider à tout comprendre des panneaux solaires en autoconsommation.

On explique en 10 minutes : la rentabilité, le crédit d’impôt, les kits solaires, les batteries et bien plus.

 

Sommaire :

 

 

Panneaux solaires autoconsommation : définition

Vous devez vous en douter, mais on préfère le rappeler.

Assez simplement, l’autoconsommation photovoltaïque permet de générer de l’électricité grâce à des panneaux solaires installés sur votre toit.

Une fois produite, vous pouvez faire plusieurs choses de cette électricité verte :

  • Vous pouvez tout d’abord l’utiliser directement pour vos appareils électriques (lumière, box internet, téléphone, chauffage…).
  • Si vous avez investi dans une batterie, vous avez également la possibilité de la stocker afin de l’utiliser plus tard (durant la nuit ou bien les jours suivants lorsque le temps sera moins ensoleillé par exemple).
  • Enfin, et seulement si vous le souhaitez, vous pouvez vendre le surplus de votre production à EDF. Qu’est-ce que ça veut dire ? Simplement que l’électricité que vous ne consommez pas (parce que vous êtes au travail ou parce que votre installation produit plus que ce dont vous avez besoin) peut être vendue au gestionnaire de réseau à 0.10€ par kWh.

Notez que vous pouvez faire ces trois actions en même temps.

Il y aura cependant un ordre de priorité, somme toute assez logique.Vous consommez en priorité votre électricité. Ensuite, vous la stockez. Et enfin, vous vendez le surplus.

 

Comment bien dimensionner votre installation ?

Une étude menée en Mai 2017 pour la métropole de Nantes souligne le fait qu’une installation photovoltaïque d’une douzaine de panneaux produit en un an pour un foyer, l’équivalent de la consommation électrique liée à l’éclairage, l’électroménager, la télévision et la box internet.

Cela représente une économie pouvant atteindre jusqu’à 446€ chaque année.

Pour optimiser (voire surpasser) ces économies sur vos factures, il convient toutefois d’ajuster au mieux votre production à votre consommation moyenne, et donc de bien dimensionner votre installation.

Concrètement, qu’est-ce que cela veut dire ?

Les installations photovoltaïques en autoconsommation sont généralement de petite taille car le but est d’optimiser votre taux d’autoconsommation.

Ce dernier correspond à la part de production d’électricité photovoltaïque qui est consommée instantanément sur place.

Si vous avez sauté la partie précédente, sachez que l’électricité que vous ne consommez pas est vendue à 0.10€/kWc à EDF.

Or, ce nouveau prix, issu du nouvel arrêté tarifaire 2017 sur le photovoltaïque, n’est généralement pas assez élevé pour vous permettre de rentabiliser une installation de grande taille en autoconsommation.

Il est donc plus intéressant de produire juste ce dont vous avez besoin.

 

Comme toujours, il y a des exceptions.

Dans le sud-est, l’ensoleillement est tel que vous pouvez largement vous permettre d’investir dans une grande installation (6 ou même 9kWc). 

Vous bénéficiez en effet d‘un taux de rentabilité plus élevé que la moyenne en France et vous vous assurez une plus grande autonomie et donc réduction de factures.

 

 

Une installation de petite taille, d’une puissance inférieure ou égale à 3 kWc, vous permet d’atteindre facilement 90 à 100% d’autoconsommation en modifiant quelque peu vos habitudes de consommation.

Vous pouvez par exemple programmer votre machine à laver pour qu’elle se déclenche l’après-midi.

En hiver, vous pouvez également choisir de chauffer votre maison lorsque vous êtes encore au travail.

Vous exploitez ainsi au mieux votre production électrique et optimisez votre confort en bénéficiant d’une douce chaleur dès votre arrivée.

Cela dit, il peut être intéressant de surdimensionner votre installation photovoltaïque si vous souhaitez vous équiper de systèmes de stockage comme le Powerwall de Tesla.

En effet, il faut dans ce cas que votre installation couvre vos besoins en électricité puis charge votre batterie.

Une installation trop « petite » rendrait sa charge relativement longue.

 

Vous souhaitez produire votre propre électricité ?

Découvrez si le solaire est fait pour vous.
Créez votre projet solaire personnalisé.
Et bénéficiez des meilleurs installateurs et des meilleurs prix :

Estimation instantanée ⇩

 

Envie d’une batterie avec vos panneaux solaires ?

Associer une ou plusieurs batteries à votre installation photovoltaïque permet de stocker l’électricité non consommée avant de la revendre à EDF.

Les batteries se chargent durant la journée et peuvent alimenter en électricité votre logement la nuit, ou durant les jours de mauvais temps.

Pourquoi investir dans une batterie ?

  • Vous souhaitez devenir presque autonome

Attention, il y a un mot clé : « PRESQUE ».

Devenir totalement autonome est encore quelque peu compliqué.

Et par « compliqué », nous voulons dire « relativement cher ».

Il faut en effet combiner plusieurs éléments :

  • une installation d’une puissance suffisante pour couvrir vos besoins en électricité,
  • un chauffage électrique,
  • une bonne isolation thermique,
  • des batteries.

Devenir 100% autonome n’est donc pas à la portée de toutes les bourses et n’est pas aussi simple que ce que vous pouvez entendre ou lire.

Précisons plusieurs choses.

Tout d’abord, vos panneaux solaires ont une durée de vie d’environ 25 à 30 ans.

Ensuite, nos affirmations relatives à la difficulté de devenir autonome ne sont valables qu’à l’heure où nous écrivons.

En effet, le marché du solaire évolue très vite.

Nous pensons donc que les technologies vont très largement se développer et permettre d’atteindre une véritable autonomie d’ici quelques années.

Alors, que faire ?

Rien ne vous empêche d’installer des panneaux solaires maintenant en profitant des primes à l’investissement, crédits et subventions puis d’ajouter des batteries dans quelques années !

 

  • Vous habitez dans un site isolé

Les sites isolés sont des zones non reliées au réseau public de distribution d’électricité.

Pourquoi ?

Car il serait trop coûteux, ou trop complexe techniquement, d’étendre le réseau jusqu’à eux.

Dans ce cas, investir dans des panneaux solaires et des batteries peut être une bonne solution pour assurer une indépendance énergétique.

Il vous faudra cependant optimiser au maximum votre consommation et potentiellement investir dans des formes d’énergie renouvelables supplémentaires telles que les éoliennes par exemple.

 

  • Vous possédez déjà une installation photovoltaïque et votre contrat de rachat avec EDF touche à sa fin :

Si vous avez opté pour une installation photovoltaïque avec rachat de la totalité de votre production par EDF OA (obligation d’achat), votre contrat de vente dure 20 ans.

Au terme de votre contrat, vous pouvez naturellement passer à l’autoconsommation.

Il vous suffit d’équiper votre système photovoltaïque de batteries, afin de stocker l’électricité non consommée.

 

 

Quel prix pour une installation photovoltaïque en autoconsommation ?

Aujourd’hui vous pouvez acquérir un système photovoltaïque de 2.5 kWc, vous permettant de réduire vos factures jusqu’à 25%, pour environ 6 500€.

Pour ce prix, vous bénéficiez des panneaux solaires, des onduleurs, de la structure de pose, du matériel électronique et de l’installation par une entreprise ou un artisan compétent.

Vous ne souhaitez pas installer de panneaux solaires sur votre toiture, et envisagez d’investir dans un kit d’autoconsommation « do it yourself » ?

 

 

Nous déconseillons fortement ces kits d’autoconsommation à monter soi-même, pour plusieurs raisons :

  • Un kit mal fixé peut chuter et engendrer des dégâts matériels, ou pire physiques, qui ne sont pas nécessairement couverts par votre assurance ;
  • Installer son kit autoconsommation où l’on veut, c’est aussi prendre le risque de l’installer là où il ne produira pas ou peu. Optimiser l’emplacement des panneaux solaires fait partie intégrante des compétences d’un bon installateur ;
  • Enfin, les kits de panneaux solaires en autoconsommation ne permettent pas d’obtenir la prime d’investissement.

En voulant économiser sur l’installation, vous risquez de faire un investissement peu ou pas rentable et potentiellement dangereux.

 

Investir pour éviter la hausse constante du prix de l’électricité

Entre 2005 et 2016, le prix du kilowatt heure d’électricité a augmenté de plus d’un tiers.

Cette hausse est due à plusieurs facteurs :

  • Le nucléaire :

Entre le démantèlement des centrales et l’opération « Grand Carénage » qui a pour but de porter la durée de vie du parc nucléaire de 40 à 50 ou 60 ans, EDF devra débourser plus de 149 milliards d’euros.

Oui, vous avez bien lu.

D’un côté, le démantèlement devrait coûter plus de 75 milliards.

Or, l’électricien n’a sécurisé pour l’instant que 23 milliards.

De l’autre, l’opération de carénage coûtera pratiquement autant que le démantèlement.

Elle est aujourd’hui chiffrée à 50 milliards par EDF et 100 milliards selon la Cour des Comptes.

 

 

 

  • Le coût des énergies renouvelables :

L’État a mis en place des dispositifs de soutien au développement des énergies renouvelables.

Le tarif de rachat bonifié de votre production par EDF ou encore le crédit d’impôt pour l’installation de panneaux solaires en autoconsommation en sont un bon exemple.

Les charges liées sont couvertes par une taxe qui est payée par l’ensemble des consommateurs d’électricité à travers la Contribution au Service Public de l’Électricité, aussi appelé CSPE.

 

  • Le réseau de transport et de distribution de l’électricité

Le Tarif d’utilisation des Réseaux Publics d’électricité, ou TURPE, est en constante augmentation ces dernières années.

Cette charge permet à ERDF de couvrir les frais relatifs à l’amélioration et à l’entretien du réseau.

 

Que retenir alors ?

 

Nos méthodes de calcul sont placées sous le signe de la prudence.

Malgré une facture d’électrique des ménages qui pourrait grimper de 50 % d’ici à 2020 et de 100% d’ici à 2023 selon Commission d’enquête du Sénat sur le coût réel de l’électricité, nous ne prenons en compte qu’une augmentation du prix de l’électricité résidentielle de 2.60% par an et de 3.5% par an pour l’électricité tertiaire.

Ces pourcentages se basent principalement sur l’étude prospective « Compétitivité et emploi filière solaire en France: état des lieux et prospective 2023 » initiée en 2016 par Enerplan en partenariat avec l’ADEME.

 

Vous souhaitez produire votre propre électricité ?

Découvrez si le solaire est fait pour vous.
Créez votre projet solaire personnalisé.
Et bénéficiez des meilleurs installateurs et des meilleurs prix :

Estimation instantanée ⇩

 

Quelle prime et crédit d’impôt pour l’autoconsommation ?

Le crédit d’impôt pour l’installation de panneaux solaires photovoltaïques n’existe plus depuis 2014.

Le mot clé est ici « installation ».

En effet, tout n’est pas perdu !

Vous pouvez bénéficier d’un crédit d’impôt mais celui-ci concernera uniquement la domotique qui sera intégrée à votre installation de panneaux solaires photovoltaïques.

 

Définissons rapidement ce qu’est la domotique :

C’est un dispositif intelligent qui vous permet d’optimiser votre consommation de chauffage (via un programmateur) et votre consommation d’électricité (éclairage automatique, déclenchement des appareils à une certaine heure…) grâce à des scénarii spécifiques.

Vous pouvez faire un scénario spécifique à votre semaine et programmer votre chauffage de 5 à 7h puis à partir de 18h afin de profiter d’un logement agréable lorsque vous rentrez du travail.

Ce type de système s’intègre parfaitement à une installation de panneaux solaires en autoconsommation.

Il permet d’ailleurs de réduire encore davantage vos factures d’électricité et de profiter au maximum de votre électricité verte.

 

Mise à part le crédit d’impôt, vous pouvez également bénéficier d’une nouvelle prime à l’investissement.

Le montant de la prime est fixé à :

  • 390 €/kWc pour une installation inférieure ou égale à 3 kilowatts-crête (kWc),
  • 290 €/kWc pour une installation d’une puissance comprise entre 3 et 9 kWc,
  • 190 €/kWc pour une installation d’une puissance comprise entre 9 et 36 kWc,
  • 90 €/kWc pour une installation d’une puissance comprise entre 36 et 100 kWc.

Si vous souhaitez apprendre comment prétendre à cette prime, nous vous invitons à lire notre article consacré à la fiscalité du solaire en 2017.

>>> Continuez vers l’article : fiscalité de l’énergie solaire en 2017

 

Autoconsommation sans revente à EDF

Vous ne souhaitez pas raccorder votre installation au réseau ENEDIS ?

C’est tout à fait possible.

On parle alors d’autoconsommation totale. 

En cas de production d’excédent (ce qui sera sûrement le cas si vous optez pour une installation de plus de 1kWc sans solution de stockage), celui-ci sera envoyée gratuitement sur le réseau en utilisant le raccordement de votre habitation.

Précisons que dans ce cas précis, vous ne payez pas le TURPE (Tarif d’Utilisation des Réseaux Publics d’Électricité) mais vous ne pourrez pas obtenir la prime à l’investissement de 390€ par kilowatt-crête installé jusqu’à 3 kWc !

Attention toutefois, vous ne pourrez pas faire une installation très puissante (supérieure ou égale à  3 kWc) si vous optez pour l’autoconsommation totale.

Vous risqueriez de faire griller le réseau !

Les solutions les plus simples sont donc :

  • de faire une installation de petite taille,
  • ou d’opter pour l’autoconsommation avec injection du surplus (avec ou sans revente).

 

Installateur recyclage panneaux solaires photovoltaïques

Kit d’autoconsommation ou installation par un professionnel ?

Vous le savez, nous le savons : un kit d’autoconsommation est moins cher qu’une installation faite par un professionnel.

Il est vrai que le plug and play est séduisant.

Du coup, installer des panneaux solaires ou un kit solaire autoconsommation soi-même est-il faisable ?

La réponse est oui.

Il existe différents PDF et notices sur Internet dont nous ne vous garantissons pas la qualité.

 

Il faut garder en mémoire plusieurs choses afin de bien faire votre choix :

  • Si vous optez pour un kit d’autoconsommation, vous ne pourrez pas revendre votre surplus à EDF. En effet, vous devez pour cela bénéficier d’une installation faite en intégration au bâti (IAB) ou en surimposé. Vous faites donc une économie sur l’instant mais votre kit ne sera pas nécessairement plus rentable à moyen ou long terme.
  • Vous ne bénéficierez pas non plus de la prime d’investissement de 300€ par kWc installé. Sauf éventuellement si votre kit inclue un système d’intégration et que votre installation remplit une fonction de bardage, de brise-soleil, d’allège, de garde-corps, de pergolas, de mur-rideau ou d’ombrière.
  • Enfin, si vous décidez d’installer vous-même vos panneaux solaires, n’oubliez pas que vous remettez en cause l’intégrité de votre toit et risquez donc des problèmes d’isolation. Ne vous lancez pas si vous n’êtes pas un bricoleur ou une bricoleuse confirmé(e) !

 

Quelles sont les alternatives à l’autoconsommation ?

L’autoconsommation n’est pas la seule possibilité qui est offerte par le photovoltaïque.

Avec des taux de rentabilité pouvant atteindre 10%, la vente de votre production demeure une option attractive.

En choisissant cette option, vous signez un contrat avec EDF qui s’engage à acheter votre production à un prix bonifié, connu au moment de la signature et fixe pendant 20 ans.

Suite à la nouvelle réglementation de mai 2017, ce montant est de :

  • 0.22 450 €/kWc pour une installation inférieure ou égale à 3 kilowatts-crête (kWc) en IAB,
  • 0.19 650 €/kWc pour une installation d’une puissance comprise entre 3 et 9 kWc en IAB,
  • 0.12 075 €/kWc pour une installation d’une puissance comprise entre 9 et 36 kWc en IAB,
  • 0.11 500 €/kWc pour une installation d’une puissance comprise entre 36 et 100 kWc en IAB,

Vous vendez donc votre production 1,5 fois plus cher que le prix auquel vous achetez l’électricité que vous consommez. Une solution à la fois rentable et sûre.

 

Autre avantage : la vente de votre électricité permet, dans une certaine mesure, de consommer votre production.

Vous allez comprendre.

En effet, les électrons se déplacent toujours vers le point de demande le plus proche.

De ce fait, si vous utilisez votre machine à laver pendant que vos panneaux photovoltaïques produisent, votre énergie alimentera en priorité votre machine.

Lorsque vous pensez simplement revendre votre production d’électricité à EDF, vous la consommez déjà.

Ce n’est juste pas « officiel ».

L’autoconsommation est un procédé qui fonctionne depuis le tout début du photovoltaïque.

Les installations solaires et les kits d’autoconsommation sont en fait une simple démocratisation de cette nouvelle forme de consommation libre.

Enfin, précisons que le reste de votre production sera ensuite envoyée vers votre voisinage.

Vous devenez donc en quelque sorte le producteur d’énergie verte de votre quartier !

 

C’est la fin de notre guide sur les panneaux solaires et kits autoconsommation.

Laissez-nous un commentaire si vous avez apprécié ou si vous avez une question.

Nous serions heureux de vous répondre.